Enlèvement de Mia: Les suspects devraient être présentés dimanche à un juge d'instruction

ENQUETE Les gardes à vue des suspects, appréhendés mercredi et jeudi, avaient été prolongées une première fois de 24h. Elles ont été renouvelées à la demande du procureur de Nancy

B.D. avec AFP

— 

Le procureur d'Épinal, Nicolas Heitz, présente à la presse un portrait  de Mia Montemaggi, 8 ans, enlevée le 12 avril 2021 dans les Vosges.
Le procureur d'Épinal, Nicolas Heitz, présente à la presse un portrait de Mia Montemaggi, 8 ans, enlevée le 12 avril 2021 dans les Vosges. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Les présentations des quatre hommes entendus dans l’enquête sur l'enlèvement de la petite Mia, dont les trois ravisseurs présumés, à un juge d’instruction de Nancy « en vue de leur mise en examen se feront normalement dimanche », a-t-on appris ce samedi auprès parquet.

Les gardes à vue des suspects, appréhendés mercredi et jeudi, avaient été prolongées une première fois de 24h. Ces prolongations ont été renouvelées à la demande du procureur de Nancy, François Pérain. Le parquet de Nancy est désormais saisi de cette affaire, la qualification de d’enlèvement « en bande organisée » exigeant une compétence spécifique dont est dépourvu le tribunal d’Épinal, saisi dans un premier temps, a expliqué le procureur de Nancy.

Pas d’antécédent judiciaire

Vendredi en fin d’après-midi, il avait déclaré que la petite fille de 8 ans et sa mère, suspectée d'avoir commandité l'enlèvement, étaient toujours introuvables. Âgés de 23 à 60 ans et sans antécédent judiciaire, les quatre hommes ont été arrêtés à Paris, en Seine-et-Marne, aux Lilas (Seine-Saint-Denis) et en Meurthe-et-Moselle.

La petite Mia a été enlevée mardi par trois hommes, par ruse et sans violence, alors qu’elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle, désignée depuis janvier « tiers de confiance » par la justice, dans le village des Poulières, à une trentaine de kilomètres d’Épinal. Les ravisseurs présumés ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l’enfant, Lola Montemaggi, 28 ans, qui voulait récupérer sa fille, dont elle n’avait plus la garde, selon le procureur d’Épinal, Nicolas Heitz.