Coronavirus : « Je veux un protocole clair, une date précise »… Les restaurateurs en attente de précisions pour leur possible réouverture

TEMOIGNAGES Le gouvernement maintient sa promesse de réouverture des terrasses à la mi-mai. Les restaurateurs, eux, attendent un calendrier précis pour pouvoir se projeter

Coraline Mercier
— 
L'abattage des arbres de l'avenue Janvier doit permettre d'agrandir les terrasses.
L'abattage des arbres de l'avenue Janvier doit permettre d'agrandir les terrasses. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes
  • Emmanuel Macron a indiqué la semaine dernière qu’il comptait bien rouvrir les terrasses des restaurants à partir de la mi-mai.
  • Après environ six mois de fermeture, les professionnels interrogés par 20 Minutes restent prudents.

Pour les restaurateurs, le temps de se remettre doucement en marche est venu. Alors qu’ Emmanuel Macron a confirmé la semaine dernière l’objectif d’une réouverture progressive des terrasses à partir de la mi-mai, les organisations professionnelles tentent de se préparer. Elles avaient proposé le 2 avril une réouverture en trois phases, en négociation depuis. La première, allant du 15 au 28 mai, avec l’ouverture des terrasses et des salles de restauration des hôtels. La deuxième, du 29 mai au 11 juin, avec l’ouverture des salles de restaurant, des cafés et des bars, « dans la limite d’une jauge à définir ». Et la troisième, à compter du 12 juin, avec le retour à une réouverture complète avec une capacité d’accueil normale.

Si les paroles du président prêtent à l’optimisme, les restaurateurs préfèrent rester prudents, réclamant des annonces précises. « On va arrêter d’espérer quant à une réouverture. Il n’y a pas eu d’annonces au niveau de la région. Je veux un protocole sanitaire clair, avec une date précise de reprise, et une liste des règles à respecter », annonce ainsi Hervé Richard, gérant du First Café à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Son restaurant est bien sûr fermé, mais il tente de se démarquer en proposant à la livraison des plats afro-caribéens : « C’est une vraie chance de proposer un type de plat spécifique. On est les seuls et heureusement, on a toujours de la clientèle qui vient. La livraison est notre seul moyen de survie. »

Rouvrir, mais comment ?

Du côté de Rennes, Olivier Glaziou, gérant des Terrasses d’Apigné, dit qu’il se prépare depuis des mois. « Nous avons l’autorisation d’ouvrir afin de servir des travailleurs du BTP, donc on s’est organisé comme on pouvait. On met des tables tous les deux mètres ». Face à la crise, il reste positif. « On espère pouvoir rattraper le chiffre d’affaires. On sent une grosse demande au niveau de la clientèle. Ils nous remercient de faire de la vente à emporter mais espèrent pouvoir revenir et faire la fête ». Dans son bar-restaurant, la capacité d’accueil est grande. Il ne doute donc pas qu’il pourra suivre les obligations de distanciation.

Selon les professionnels, cette réouverture tant attendue s’accompagnerait d’un protocole sanitaire renforcé, et notamment d’un QR code à flasher à l’entrée pour améliorer le contact-tracing​.

Se préparer pour quoi ?

Mais alors que des dates précises ne sont pas encore fixées, certains s’interrogent sur le fait d’anticiper la réouverture. « Ce ne serait pas très intelligent de notre part de se préparer alors que l’on ne sait pas si on va vraiment rouvrir », juge ainsi Michaël Marrano, gérant d’un bar à Grenoble. Tout comme Hervé Richard, il attend des précisions. « Je n’ai aucun intérêt à ouvrir vu qu’il y a aura des horaires, reprend Michaël Marrano. Si on ferme à 20h, on fera peut-être 300 euros. Et encore ».