Coronavirus : Des décès en baisse chez les moins de 65 ans en 2020 ? C'est vrai

FAKE OFF C'est ce qu'a affirmé le professeur Didier Raoult, directeur de l'IHU Méditerranée, dans une interview accordée à BFMTV ce vendredi

Tom Hollmann

— 

Le professeur Didier Raoult, à Paris le 16 septembre 2020.
Le professeur Didier Raoult, à Paris le 16 septembre 2020. — RETMEN
  • ​Invité à s’exprimer sur la situation sanitaire par la chaîne d’information BFMTV ce vendredi, le professeur Didier Raoult a profité de cet entretien pour faire à nouveau la promotion de l’hydroxychloroquine, dont l’inefficacité contre le Covid-19 a pourtant été démontrée.
  • Le médecin marseillais a par ailleurs déclaré que la mortalité des personnes de moins de 65 ans avait été inférieure en 2020 par rapport aux années précédentes.
  • La hausse de mortalité chez les moins de 65 ans en France a été « négligeable » en 2020, confirme l’Insee dans une étude publiée en janvier dernier, avec +2 % pour les 50-64 ans, -1 % pour les 25-49, et -6 % pour les moins de 25 ans.
  • 667.400 décès, toutes causes confondues, ont toutefois été enregistrés en 2020 en France, soit 9 % de plus qu’en 2018 ou 2019, selon l’Insee.

Alors que la France vient de passer le triste cap des 100.000 morts liés à l’épidémie de Covid-19, le professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée de Marseille, était invité ce vendredi par BFMTV a s’exprimer sur la situation sanitaire dans l’Hexagone.

« 100.000 morts, êtes-vous d’accord pour dire qu’il s’agit d’une énorme catastrophe sanitaire ? », demande le journaliste Bruce Toussaint. « Il faut se méfier des mots, tempère le professeur, est-ce qu’un mort vaut un mort ? […] Si vous prenez les gens de moins de 65 ans, il est mort moins de gens en 2020, qu’en 2019 et en 2018. »

20 Minutes a vérifié cette déclaration.

FAKE OFF

Si le professeur Didier Raoult est connu pour ses prises de paroles controversées, notamment à propos de l’hydroxychloroquine – un antipaludéen dont l’inefficacité contre le Covid-19 a été démontrée –, le directeur de l’IHU Méditerranée est dans le vrai quant à la mortalité des moins de 65 ans en France.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a mis en place un suivi de la mortalité, toutes causes confondues, à partir du mois de mars 2020, qui marque le début de l’épidémie de Covid-19 en France. Le 15 janvier dernier, l’Insee publiait ainsi les premières estimations provisoires du nombre de décès en 2020.

Une hausse de la mortalité « négligeable » chez les moins de 65 ans

Si « 667.400 décès toutes causes confondues sont enregistrés en 2020 en France, soit 9 % de plus qu’en 2018 ou 2019 », note l’institut, « la hausse de mortalité a concerné uniquement les personnes âgées de 65 ans et plus », avec une augmentation de 10 % « quelle que soit la tranche d’âge ».

En deçà de 65 ans, la hausse de mortalité est négligeable, explique l’Insee. Si une hausse de 2 % a été enregistrée pour les 50-64 ans, on observe une baisse de 1 % pour les 25-49 ans et une baisse de 6 % pour les moins de 25 ans.

Ces données sont toutefois à relativiser : les personnes de plus de 65 ans représentent 93 % des décès liés au Covid-19 enregistrés en France depuis le début de l’épidémie, selon Santé publique France.

Quid de 2021 ?

Selon les chiffres publiés le 9 avril par l’Insee, le nombre de décès, tous âges confondus, est supérieur de 6 % en France sur la période du 1er janvier au 29 mars 2021 par rapport à la même période de 2019.

Evolution par rapport à 2019 du nombre de décès cumulé selon l’âge - Capture d'écran - INSEE
Evolution par rapport à 2019 du nombre de décès cumulé selon l’âge - Capture d'écran - INSEE - T.H.

Encore une fois, celui-ci n’augmente que pour les personnes âgées de plus de 65 ans. L’institut observe ainsi une baisse du nombre de décès de 4 % pour les 50-64 ans, de 9 % pour les 25-49 ans, et de 16 % pour les moins de 25 ans.