Enlèvement de Mia : Trois hommes proches de la mouvance survivaliste interpellés en Ile-de-France

RECHERCHES La petite fille de 8 ans, enlevée mardi dans les Vosges, continue d’être recherchée activement ce jeudi

T.L.G. avec AFP

— 

Le dispositif Alerte enlèvement existe depuis 2006. (illustration).
Le dispositif Alerte enlèvement existe depuis 2006. (illustration). — THOMAS COEX / AFP

Une piste pour retrouver Mia ? La fillette de 8 ans, enlevée mardi alors qu’elle se trouvait chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, dans les Vosges, continue d’être recherchée activement. L’enquête pourrait avancer ce jeudi, puisque les trois hommes, suspectés d’avoir enlevé la fillette, proches de la mouvance survivaliste, ont été interpellés en région parisienne et placés en garde à vue par les enquêteurs de la gendarmerie, assure le Parisien. Une information confirmée à 20 Minutes par une source proche de l’enquête.

Le procureur de la République d’Epinal, Nicolas Heitz, a également confirmé que trois hommes ont été interpellés en Ile-de-France et placés en garde à vue. « Ils sont en cours d’audition », a-t-il ajouté, sans préciser s’il s’agissait des ravisseurs de l’enfant, Mia et sa mère n’ayant « pas encore été retrouvées ».

Mouvance survivaliste et thèses de l’ultra-droite

« Les trois hommes ont été interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris et dans la petite couronne avant d’être transférés à Epinal », a-t-on précisé de source proche de l’enquête. Ces personnes ont « un profil apparenté à la mouvance survivaliste et proche des thèses de l’ultra-droite », a indiqué une autre source proche du dossier, confirmant des informations du Parisien. Selon le journal, ils étaient « suivis par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en raison de leur appartenance » à cette mouvance et « jugés potentiellement dangereux ».

Le procureur de la République d’Epinal a indiqué, sans plus de détails, qu’ont été « saisis chez une des personnes des éléments qui ont intéressé le Pnat », le parquet national anti-terroriste. « Le Pnat s’est saisi de cet aspect-là du dossier », a-t-il précisé. « Les enquêteurs tentent d’établir précisément leur lien avec l’affaire et la mère de l’enfant, tous les efforts étant concentrés sur la recherche de la petite Mia », a-t-on ajouté de même source.

La mère au cœur de l’enquête

Mia Montemaggi a été enlevée par trois hommes, par ruse et sans violence, mardi en fin de matinée alors qu’elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle, désignée tiers de confiance par la justice, dans le village Les Poulières, à une trentaine de kilomètres d’Epinal. Sa mère, Lola Montemaggi, 28 ans, qui n’avait plus le droit de voir Mia seule depuis janvier et « voulait vivre en marge de la société », pourrait se trouver avec elle, car elle n’a pas été retrouvée à son domicile à Epinal.

Deux des ravisseurs – un troisième étant resté dans le véhicule qui a emmené l’enfant – se sont fait passer pour des représentants de la protection de l’enfance, avec des papiers à en-tête du ministère de la Justice, afin de mettre en confiance la grand-mère de l’enfant. Ils ont prétexté un rendez-vous dans un service éducatif avec la mère de Mia pour emmener l’enfant, avait expliqué le procureur de la République d’Epinal Nicolas Heitz ce mercredi lors d’une conférence de presse. Le procureur de la République d’Epinal envisage de tenir une nouvelle conférence de presse vendredi dans la matinée.