Stream , poulailler autonome, parking solidaire... Nos initiatives préférées de la semaine

RATTRAPAGE Comment ça, on ne parle que des trains qui arrivent en retard? Voici sept initiatives en avance sur leur temps repérées par la rédaction de 20 Minutes cette semaine

Laurent Bainier

— 

Clérye Figurella, étudiante à Grenoble, a inventé un poulailler connecté..
Clérye Figurella, étudiante à Grenoble, a inventé un poulailler connecté.. — Clérye Figurella

La jeunesse n’est qu’un mot. Cette semaine, elle n’est même qu’une lettre. Celle que nous vous adresserons chaque mercredi en vous inscrivant via le formulaire ci-dessous et que vous pouvez découvrir juste après. Bonne lecture !

1. Un poulailler qui a impressionné les pontes

A 20 ans, Clérye Figarella, étudiante en école d’ingénieurs à Grenoble, a fait entrer un regard neuf dans le poulailler. Son abri autonome et connecté a retenu toute l’attention de Fondation de France qui lui a décerné le prix « Déclic jeunes ». « Il s’agit d’un système énergétique indépendant, expose la jeune femme.

Le principe est simple : le toit est équipé d’un panneau solaire. Les rayons de lumière vont actionner mécaniquement l’ouverture et la fermeture de la porte du poulailler. Une vis sans fin permettra de faire descendre du toit la nourriture dans les mangeoires et d’apporter l’eau nécessaire dans les abreuvoirs » Grâce à lui, on peut partir en week-end sans s’inquiéter pour le sort de ses poules. Un vrai progrès qu’apprécieront les intéressés. « Par contre, le système ne ramasse pas les œufs, explique-t-elle. C’est un plaisir que je laisse aux éleveurs ».

2. Greenly et l’empreinte de carte bancaire

Montre moi ton relevé bancaire et je te dirai quel pollueur tu es. C'est la promesse de Greenly, une appli française lancé en janvier 2020 et téléchargée depuis par 30.000 utilisateurs. L’abonnement Netflix, le passage chez le coiffeur, le café pris à la machine du boulot… Greenly calcule l’empreinte carbone de la moindre de nos dépenses en se synchronisant (avec notre accord) à notre compte bancaire. L’idée de son cofondateur, Alexis Normand, c’est « que plus on aura ces informations sous le nez, plus on y prêtera attention et plus on cherchera à réduire notre empreinte carbone ».

Greenly propose déjà, aux plus motivés, de préciser leurs dépenses afin d’affiner le calcul des empreintes carbone et leur permettre de les réduire plus facilement. « En parallèle, nous nous sommes associés à des banques qui peuvent, à partir de notre solution, proposer un relevé d’empreinte carbone à leurs clients », explique Alexis Normand. C’est le cas de BNP Paribas, de la banque en ligne Hello bank !, et bientôt de la néobanque verte Only. Deux autres noms devraient suivre prochainement.

3. Ils streament dur pendant les vacances

Ils ne pouvaient se résoudre à une année sans concert. Louis et Victor ont décidé d'agir et de créer un festival de musique en ligne, le Lockdown, dont la première édition s’est tenue en novembre dernier et qui fera son retour le 24 avril sur Facebook et Youtube. Ils ne sont certes pas les seuls à avoir eu l’idée d’une grande fête en ligne, mais Louis et Victor ont un truc en plus. Ou plutôt en moins. Des années. A eux deux, ils n’en totalisent que 28. Ces deux collégiens ont réussi un véritable tour de force malgré leur jeune âge : réunir un public nombreux (25.000 spectateurs), un plateau de qualité et monter une cagnotte (reversée à une asso) qui donne à leur événement un supplément d’âme. A 14 ans, ça méritait bien quelques lignes…

4. Witick met le ticket au compost

Le sans contact est un des grands gagnants de cette crise sanitaire. Et Witick ne va pas s'en plaindre. Cette appli qui permet d’acheter et de valider un titre de transport en commun sur son smartphone vient de franchir la barre des 250.000 utilisateurs. « Notre croissance s’est surtout accélérée à partir du mois de septembre dernier, puisque nous sommes en hausse d’environ + 15 % par mois, car les utilisateurs souhaitent moins se servir des distributeurs de titres, ou échanger de la monnaie avec le chauffeur » explique Romain Combe, l’un des fondateurs de cette start-up créée par trois étudiants bordelais.

Witick est la seule start-up à avoir développé industriellement, une technologie de paiement en Bluetooth, quand les autres fonctionnent avec le NFC. « L’avantage du Bluetooth est que tous les téléphones sont compatibles, ce qui n’est pas forcément le cas de la technologie NFC » Witick se rémunère en touchant une commission à chaque paiement. La start-up a réalisé un chiffre d’affaires de 150.000 euros en 2020.

5. Place de l’Entraide, à Nice

« Chercher pendant plus de 30 minutes une place pour se garer, ce n’est absolument pas ce dont on a envie après une journée de travail, lance Mehdi, créateur de UPark. J’ai gaspillé beaucoup trop de temps et d’essence à cause de ça. » Le Niçois de 26 ans a eu l’idée l’été dernier de créer une application qui permet aux automobilistes de signaler qu’ils quittent leur place de stationnement pour que les utilisateurs qui cherchent puissent se garer plus rapidement.

L’application a été développée à Nice mais est disponible partout grâce à la géolocalisation et au concept collaboratif. Prochaine étape pour le Niçois ? « UPark restera un concept pour rendre service. Je suis éventuellement en train de réfléchir à faire une collaboration avec Waze pour créer une extension de l’application avec la mienne. Ça permettrait à l’automobiliste d’avoir toutes les clés en mains pour son trajet en voiture. »

6. Fini les balles perdues

Pour les vessies de l’upcycling de modèles jetés par les clubs de la région. Pour le cuir, des anciens sièges d’avion ou de voiture… Voilà comment la jeune entreprise marseillaise Ballons & Co entend fabriquer ses ballons de foot aux normes FIFA. Mais la jeune pousse ne compte pas s’arrêter là. Pour produire, elle veut s’appuyer sur des personnes éloignées de l’emploi afin de les aider à se réinsérer.

« On veut un projet humain, social, qui rassemble. En France, on a la chance d’avoir des dispositifs qui permettent la réinsertion de personnes éloignées de l’emploi avec une incitation financière. Nous souhaitons recruter des personnes au RSA, en chômage longue durée, des jeunes et des moins jeunes sans qualification », explique Agathe, à l’origine du projet avec Jean-Baptiste. L’entreprise est arrivée deuxième à la Coupe de France des jeunes entrepreneurs sociaux organisée par Make Sense, ce qui devrait lui donner un coup de pouce avant le lancement de la production.

7. Jouer au baby-foot comme une machine

Le baby, c’est pas très covid. Une poignée, des germes, tellement de possibilités. Et puis, le bureau non plus ce n’est pas très covid. Alors pour faire un baby avec ses collègues en ces temps difficiles, l'entreprise lyonnaise Ideexo a employé les grands moyens. Elle propose en effet « un baby-foot 2.0 », animation d’entreprise dans laquelle deux équipes de deux robots s’affrontent sur un terrain de 2 mètres sur 3 situé à Meyzieu (Rhône). Dans « une ambiance de Ligue des champions », avec un comédien aux commentaires, les robots sont contrôlés à distance par des salariés utilisant simplement les flèches de leur clavier d’ordinateur. Apparemment, le résultat est bluffant. On laisse ceux qui auraient testé nous en dire plus en commentaires.