Le gouvernement renonce à imposer un contrôle technique pour les motos

DEUX ROUES Le gouvernement a reconnu « l’impossibilité de cette mise en place et évoque l’idée d’un contrôle "visuel" de sécurité assorti d’un contrôle de bruit et de pollution »

20 Minutes avec agence
— 
Une moto, illustration
Une moto, illustration — Pixabay

Instauré par une directive européenne, le contrôle technique pour les motos ne sera finalement pas appliqué en France au 1er janvier 2022. Après une forte mobilisation le week-end dernier, le gouvernement a entendu les arguments avancés par les motards, qui estiment qu’un contrôle technique tous les deux ans n’est pas justifié pour ce type de véhicule.

« Les services du ministère ont bien saisi les enjeux complexes de ce dossier », a déclaré dans un communiqué la Fédération française des motards en colère (FFMC) à l’issue d’une réunion en visioconférence qui s’est tenue ce mardi avec les représentants du ministère des Transports, le député Sacha Houlié et la Fédération française de motocyclisme (FFM). Le gouvernement a donc reconnu « l’impossibilité de cette mise en place et évoque l’idée d’un contrôle "visuel" de sécurité assorti d’un contrôle de bruit et de pollution ».


Des pénalités financières contre la France ?

De son côté, la FFMC s’est dite prête à apporter ses arguments à Bruxelles car l’Europe pourrait « envisager de possibles pénalités financières en cas de non-respect de la directive sans motif valable de la France ». Selon les motards, ce contrôle technique tous les deux ans ne se justifie pas car un entretien plus régulier est apporté aux motos par rapport aux voitures et que ce sont des engins avec lesquels ils opèrent un faible kilométrage.

« Cette dérogation a été obtenue par la France lors de l’élaboration de la directive européenne 2014/45 sur le CT, et elle est envisagée par la Finlande, l’Irlande et les Pays-Bas », a tenu à rappeler le député LREM Sacha Houlié.