Coronavirus à Paris : 18 personnes verbalisées lors d’une fête clandestine

AMBIANCE Une personne a également été interpellée après qu’un policier a été blessé

T.H (avec T.C)

— 

Illustration d'une voiture de police de nuit, ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de police de nuit, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Dix-huit personnes ont été verbalisées à l’occasion d’une fête clandestine organisée dans le 16e arrondissement de Paris, dans la nuit de mardi à mercredi, apprend 20 Minutes de source policière. Les policiers, arrivés sur place une première fois sur les coups de 22h, ont d’abord verbalisé une personne pour tapage nocturne​.

Mais la soirée ne s’est pas arrêtée là. Les policiers ont été rappelés vers 2h car les festivités se poursuivaient. Ils ont invité les participants à quitter les lieux, mais ces derniers sont restés entre la porte d’entrée du bâtiment et la rue.

Un fonctionnaire s’est alors glissé derrière eux pour les empêcher de rentrer dans le logement, et un fêtard, en tentant de refermer une porte cochère, a blessé cet agent. L’individu a été interpellé, indique cette même source policière, tandis que les 17 autres personnes ont été verbalisées à hauteur de 135 euros pour « non-respect des mesures sanitaires ».

Selon des informations publiées par Le Parisien et corrigées depuis, l’homme qui aurait appelé la police pour mettre fin aux nuisances sonores serait l’ex-président Nicolas Sarkozy, qui habite à côté de l’appartement où la fête avait lieu. Ce que dément formellement l’entourage de l’ancien chef d’Etat auprès de 20 Minutes. Une source policière confirme également à 20 Minutes que Nicolas Sarkozy, qui était au stade à l’occasion du match du PSG, n’a pas alerté les forces de l’ordre. En revanche, il a « confirmé le tapage et s’en est plaint après coup ». Il a ensuite remercié les fonctionnaires pour leur intervention.