Coronavirus à Grenoble : « Confusion » pour des enseignants ayant pu s’inscrire à la vaccination avant d’être refoulés

EPIDEMIE Après un imbroglio depuis vendredi, le CHU Grenoble-Alpes a rappelé lundi que « les enseignants ne sont aujourd’hui pas éligibles à la vaccination »

J.Lau. avec AFP

— 

Le centre de vaccination installé dans le parc des expositions Alpexpo de Grenoble, lors de son ouverture le 9 avril. PHILIPPE DESMAZES
Le centre de vaccination installé dans le parc des expositions Alpexpo de Grenoble, lors de son ouverture le 9 avril. PHILIPPE DESMAZES — AFP

A la suite d’un message passé de « bouche-à-oreille », des enseignants de tous âges ont cru qu’ils pourraient se faire vacciner contre le Covid-19, dès lundi, à Grenoble. S’ils ont bien pu prendre rendez-vous dans le grand centre de vaccination, installé dans le Parc des Expositions Alpexpo au sud de Grenoble, l’accès leur a finalement été interdit lundi. Comme l’a révélé Le Dauphiné Libéré, plusieurs enseignants indiquent avoir bien pris rendez-vous auprès du CHU de Grenoble en mettant en avant leur qualité professionnelle. Avant donc de devoir repartir sans vaccin d’Alpexpo.

« J’ai eu droit à un vigile qui m’a dit que ce n’était pas possible pour les enseignants, je n’ai pas insisté », témoigne ainsi Corinne (55 ans), professeure des écoles en Isère, qui assure avoir reçu deux confirmations du rendez-vous par SMS. « J’oscille entre la colère et la honte, ça fait vraiment amateur », estime un professeur des écoles de 47 ans, syndiqué au SNUipp-FSU, qui avait répété avoir moins de 50 ans lors de la prise de rendez-vous.

Le rectorat indique être « assez surpris »

Selon lui, « une trentaine de collègues » autour de lui ont vécu la même annulation de dernière minute. D’après Anne-Marie Guillaume, secrétaire départementale du syndicat enseignant Snes-FSU, tout est parti d’un message circulant vendredi sur les listes de diffusion, et indiquant que les enseignants étaient « prioritaires pour la vaccination, avec un numéro du CHU à contacter ».

Le rectorat se dit « assez surpris de ce qu’il s’est passé » et assure n’avoir transmis « aucune communication invitant les enseignants à prendre rendez-vous par quelque biais que ce soit. » Le CHU Grenoble-Alpes pointe dans un communiqué « une confusion » faite avec la hotline mise en place pour la prise de rendez-vous. Il rappelle que « les enseignants ne sont aujourd’hui pas éligibles à la vaccination ».