Paris : Des tags antisémites découverts sur le fronton de Sciences po

RACISME « Des inscriptions haineuses, dont certaines à caractère, ont été découvertes sur les murs (…) de l’entrée principale du campus de Sciences po à Paris », a indiqué l’école dans un communiqué

20 Minutes avec AFP
— 
Des inscriptions antisémites ont été découvertes lundi 12 avril devant Sciences po Paris.
Des inscriptions antisémites ont été découvertes lundi 12 avril devant Sciences po Paris. — AFP

Des tags antisémites ont été découverts lundi sur le fronton de Sciences Po Paris, a-t-on appris auprès de l’école et de l' Union des étudiants juifs de France (UEJF).

« Ce matin, des inscriptions haineuses, dont certaines à caractère antisémite, ont été découvertes sur les murs (…) de l’entrée principale du campus de Sciences po à Paris », a indiqué l’école dans un communiqué.

Un dépôt de plainte est en cours

La présence de tags antisémites a été confirmée à l’AFP de source policière. Une étoile de David barrée ainsi que les inscriptions « Mort à Israël » et « Kouffar » («mécréants » en arabe), ont été marquées à la bombe de peinture noire, selon des photos diffusées par l’Union des étudiants juifs de France.

« L’UEJF s’indigne de ces tags haineux qui menacent les étudiants et tentent de semer la terreur à Sciences po, école emblématique de la République Française », a déclaré l’association dans un communiqué de presse.

« La direction condamne vivement cet acte odieux et lâche. Un dépôt de plainte est en cours. Une opération de nettoyage se poursuit », a précisé Sciences po Paris, dont l’entrée principale est située rue Saint-Guillaume (7e arrondissement). L’école dit « poursuivre plus que jamais son combat contre toutes formes de discrimination et d’atteintes à la dignité des personnes ».

L’UEJF a également annoncé porter plainte « pour injure raciale et provocation à la haine raciale » et appelle Sciences po pour que des « mesures soient prises afin de lutter contre le fléau de la haine raciste et antisémite en son sein ».

Accusations d’islamophobie à Sciences Po : Les deux enseignants de Grenoble placés sous protection