Vaccination: Le vaccin Pfizer serait moins efficace contre le variant sud-africain, selon une étude israélienne

CORONAVIRUS Une étude israélienne, qui n’a pas été validée par ses pairs, montre la plus faible efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech sur le variant sud-africain du Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du vaccin Pfizer mis au point contre le Covid-19.
Illustration du vaccin Pfizer mis au point contre le Covid-19. — Jaap Arriens

Le variant sud-africain du coronavirus est davantage capable de « franchir » les défenses du vaccin Pfizer/BioNTech que les autres formes du virus. Tel est le résultat d’une étude menée par l’université de Tel-Aviv et Clalit, la principale caisse maladie du pays qui a comparé 400 personnes non vaccinées ayant contracté le Covid-19 à 400 autres personnes partiellement ou totalement vaccinées et l’ayant également contracté.

Selon cette étude publiée samedi mais non encore évaluée par des pairs, moins de 1 % des contaminations en Israël sont dues au variant sud-africain. Mais parmi les 150 personnes ayant reçu les deux doses nécessaires du vaccin, « le taux de prévalence (du variant sud-africain) était huit fois plus élevé que chez les personnes non vaccinées », indique l’étude. « Cela veut dire que le vaccin Pfizer/BioNtech, bien qu’extrêmement protecteur, n’offre probablement pas le même niveau de protection contre le variant sud-africain du coronavirus » que contre les autres formes du virus, note l’étude.

Moins d’anticorps

« Le variant sud-africain est capable, dans une certaine mesure, de franchir la protection du vaccin », a indiqué à l’AFP Adi Stern, professeure à l’université de Tel-Aviv et co-auteure de l’étude. Mais vu le « très petit nombre de personnes vaccinées infectées » par le variant sud-africain -huit-, c’est « statistiquement insignifiant », a-t-elle estimé.

Deux études publiées en février dans la revue New England Journal of Medicine, menées par les laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna, ont montré une présence d’anticorps après vaccination inférieure chez les personnes infectées par le variant sud-africain, indiquant une protection réduite.

Mieux organiser le déconfinement

L’étude israélienne est la première à évaluer la capacité du variant sud-africain à contourner le vaccin. Selon Ran Balicer, directeur des innovations chez Clalit et l’un des auteurs de l’étude, ces résultats pourraient aider les Etats sur la meilleure façon d’assouplir les restrictions. Combiner vaccins, port du masque ainsi que d’autres mesures « empêche très probablement les variants du virus, y compris le sud-africain, de se propager » même si ce dernier a apparemment la capacité de déjouer le vaccin Pfizer/BioNtech, a-t-il affirmé.