Coronavirus : Emmanuel Macron s’entretient avec des collégiens sur l’après-confinement

VISIOCONFERENCE En intervenant durant un cours d’une classe de 3e, le président a promis qu’il « y aura des assouplissements pour cet été et oui, les commerces vont rouvrir là, à partir de mi-mai »

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron en visioconférence, depuis l'Elysée, avec une classe de 3e du collège Itard d'Oraison dans les Alpes-de-Haute-Provence, le 6 avril 2021.
Emmanuel Macron en visioconférence, depuis l'Elysée, avec une classe de 3e du collège Itard d'Oraison dans les Alpes-de-Haute-Provence, le 6 avril 2021. — Christophe Ena/AP/SIPA

En participant mardi à une visioconférence avec une classe de 3e, Emmanuel Macron a voulu montrer son soutien aux enseignants et aux élèves, passés aux cours à distance dans le cadre du troisième confinement face au Covid-19. Au cours de cet entretien, tenu lors d’un cours d’histoire du collège Itard d’Oraison dans les Alpes-de-Haute-Provence, le chef de l’Etat a confirmé un prudent après-confinement à partir de la mi-mai.

Depuis son bureau de l’Elysée, Emmanuel Macron a répondu aux nombreuses questions des élèves, d’abord intimidés. Celles-ci couvraient toutes les inquiétudes et incertitudes liées à la crise sanitaire : Quand pourra-t-on ôter le masque ? Y aura-t-il encore un confinement​ ? Comment se passera l’été ?

A Rose qui craint un autre confinement, le président a assuré que « jusqu’à la fin de l’année scolaire, il ne devrait pas y [en] avoir ». Après les trois à quatre semaines de fermeture des établissements scolaires, « on pense qu’on aura bien freiné le virus un peu partout et on aura accéléré la vaccination. Cela nous permettra d’être dans une situation plus confortable ». Pas question non plus, selon le chef de l’Etat, de prolonger la fermeture des établissements scolaires, après les deux semaines de vacances de printemps unifiées à partir du 12 avril. « Est-ce que le brevet sera annulé ? », a encore lancé Loïc, recevant en réponse : « non, on y tient tous ».

Des règles moins strictes à la rentrée de septembre

« Quels assouplissements pour cet été ? », lui a en outre demandé Giovanni. « Il y aura des assouplissements pour cet été et oui, les commerces vont rouvrir là, à partir de mi-mai », a promis le président, selon Le Parisien. A Nina qui se demande s’il ne faudrait pas maintenir le tour de vis, Emmanuel Macron a répondu que « le faire pendant deux mois, c’est deux fois plus dur », ajoutant cependant qu’« on va rouvrir moins vite que le 11 mai dernier ». Il faudra d’ailleurs porter le masque « jusqu’à cet été, il faudra le porter au maximum », répond-il à Lorenzo, tout en espérant que les élèves auront « des conditions un peu allégées à la rentrée » de septembre.

Si d’autres pays d’Europe voient le virus refluer, contrairement à la France, le président a tenu à défendre sa stratégie. « La question, c’est : à quel prix vous avez cela ? L’Allemagne a dû fermer ses écoles et ses commerces non alimentaires depuis la mi-décembre. Que cela décroisse et qu’il y ait des débuts de réouverture, oui. Mais est-ce qu’en proportion on aurait dû faire trois mois de confinement strict ? J’ai envie de raisonner à l’envers : je préfère me dire que nous avons préservé la vie de notre pays grâce à des mesures proportionnées ». Il est en revanche resté vague sur la vaccination des enseignants, en indiquant seulement qu’ils feront partie des publics prioritaires quand la vaccination sera ouverte aux moins de 50 ans.