Coronavirus : Bruce Toussaint a-t-il déjeuné clandestinement à Deauville ? L'établissement dément

FAKE OFF Une publication virale affirme, photo d’un carton d’invitation à l’appui, que le journaliste de BFMTV aurait participé à un déjeuner clandestin à Deauville à la mi-mars. La direction de l’hôtel précise à « 20 Minutes » qu’il s’agissait d’un séminaire professionnel

Tom Hollmann

— 

Le journaliste Bruce Toussaint est accusé d'avoir participé à un déjeuner clandestin à Deauville
Le journaliste Bruce Toussaint est accusé d'avoir participé à un déjeuner clandestin à Deauville — BFM TV
  • Dans une publication relayée de très nombreuses fois sur Facebook et Twitter, un internaute accuse le journaliste Bruce Toussaint d’avoir participé à un déjeuner clandestin à Deauville
  • L’Etage, restaurant de l’hôtel Novotel de Deauville, et le groupe Accor Hotels indiquent à 20 Minutes que le présentateur de BFMTV participait à un séminaire, et que les huit participants à cet événement professionnel ont été servis dans une salle dédiée, « dans le respect des mesures sanitaires applicables ».
  • Selon le ministère du Travail, les règles appliquées à la restauration d’entreprise sont en vigueur lors de l’organisation de repas en marge de séminaires prévisionnels.
  • Une enquête menée par le commissariat de Deauville a conclu qu’aucune infraction n’avait été commise, cette affaire a donc été classée sans suite, apprend 20 Minutes auprès du parquet de Lisieux (Calvados).

Le journaliste Bruce Toussaint, présentateur sur BFMTV, a-t-il participé à un déjeuner illégal dans un hôtel de Deauville en pleine épidémie de Covid-19 ? Alors que l'affaire des dîners clandestins agite les plateaux des chaînes d’informations en continu, c’est ce qu’affirment plusieurs publications particulièrement virales sur Twitter et Facebook. Elles montrent la photo d’un menu du restaurant L’Etage, à Deauville (Calvados) sur lequel figurent la date du 13 mars 2021 et le nom du journaliste.

L’Etage trône au cinquième niveau de l’hôtel Novotel de Deauville et offre une vue panoramique sur la Manche. Le journaliste est un habitué de la célèbre station balnéaire, et du bar de l’hôtel Normandy, où il « parraine » un cocktail.

Ce n’est pas la première fois que des journalistes de BFMTV sont accusés de participer à des repas clandestins. Début mars, Le Canard Enchaîné révélait que des consultants et des journalistes de la chaîne d’information avaient été surpris au restaurant « Aux 3 présidents » à Paris, lors d’une descente de police – une information que réfute le directeur général de la chaîne, Marc-Olivier Fogiel.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, un cadre du Novotel de Deauville indique, sous couvert d’anonymat, que « Bruce Toussaint était en séminaire le 13 mars 2021 » à L’Etage, et confirme l’authenticité du carton d’invitation. « Les séminaires d’entreprise sont autorisés par le gouvernement, la restauration a donc été assurée par l’hôtel, dans une salle aménagée pour l’occasion », explique-t-il. Le responsable, qui précise que la salle du restaurant reste bien fermée aux clients, déplore une volonté de nuire au restaurant l’Etage, « qui joue le jeu des restrictions sanitaires ».

Le service de communication du groupe Accor, joint par 20 Minutes, confirme la tenue d’un séminaire qui « a réuni 8 personnes le 13 mars » au Novotel de Deauville, sans préciser par quelle entreprise cette réunion avait été organisée. « Les repas ont été livrés aux participants dans un salon privé, dans le strict respect des mesures sanitaires applicables ».

Du côté du ministère du Travail, le service de presse précise que la tenue de séminaires d’entreprise en présentiel ne doit se faire que lorsque le télétravail est impossible. En ce qui concerne les repas, les mêmes règles que pour les restaurants d’entreprises doivent alors être appliquées. Une personne doit donc notamment déjeuner seule à sa table, porter le masque lors de ses déplacements, avoir du gel hydroalcoolique à disposition et se tenir le plus éloigné possible des autres convives.

Une enquête pénale a été diligentée par le commissariat de Deauville, a appris 20 Minutes auprès du Parquet de Lisieux (Calvados). Aucune infraction n’a été relevée et l’affaire a donc été classée sans suite.