Coronavirus : Le Royaume-Uni va rouvrir ses commerces, allègement au Portugal et flambée en Inde

PANDEMIE En Europe quelques pays prévoient d'alléger les restrictions, tandis que l'Inde ou l'Iran connaissanet de fortes hausses des contaminations

20 Minutes avec AFP
— 
Une femme se fait tester pour le Covid-19 à Hyderabad, en Inde, le 6 avril 2021.
Une femme se fait tester pour le Covid-19 à Hyderabad, en Inde, le 6 avril 2021. — Mahesh Kumar A/AP/SIPA

On fait le point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde ce mardi. Londres rouvrira ses commerces lundi prochain, d’autres pays d’Europe comme le Portugal ou la Grèce optent pour des allègements, mais les restrictions s’amplifient ailleurs face à la pandémie.

Flambée en Inde et confinement au Bangladesh

En Inde, l’Etat de la mégalopole de Bombay, le plus touché par le coronavirus, a mis en place de nouvelles mesures, alors que le pays a enregistré pour la première fois plus de 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures. Les autorités de Bombay ont décidé dimanche de nouvelles restrictions : couvre-feu avancé de 20h à 19h, confinement le week-end, fermeture non seulement des bars et restaurants, cinémas, piscines, lieux de cultes et lieux publics, mais aussi des bureaux privés, interdiction de toute réunion de plus de quatre personnes.

Le Bangladesh voisin a commencé lundi un confinement de sept jours pour combattre une flambée du virus, avec tous les déplacements intérieurs suspendus et une fermeture des magasins. Des milliers de personnes ont fui la capitale Dacca dimanche, ou acheté de la nourriture avant le confinement.

Un pic en Iran

Au Moyen-Orient, l’Iran a annoncé lundi un nombre de contaminations au plus haut depuis le 4 décembre, avec 13.890 cas détectés en 24 heures, et sa capitale Téhéran a été placée en alerte sanitaire maximale. Les autorités saoudiennes ont quant à elles indiqué que seules les personnes vaccinées ou immunisées seront autorisées à faire le petit pèlerinage (omra) à La Mecque durant le mois du ramadan, qui commence à la mi-avril.

Le Royaume-Uni se déconfine

A l’inverse, le Premier ministre britannique Boris Johnson, encouragé par l’amélioration de la situation au Royaume-Uni, a confirmé la réouverture le 12 avril en Angleterre des commerces non essentiels comme les coiffeurs, des terrasses des pubs ou des salles de gyms. Il a en revanche refusé de s’engager sur une date pour le retour des voyages à l’étranger, interdits jusqu’au 17 mai sauf raison essentielle. « Nous ne voulons voir le virus réimporter dans ce pays depuis l’étranger. Il y a une résurgence dans certaines parties du monde », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.

Pour garder le contrôle sur le virus, le gouvernement compte renforcer le dépistage, avec deux tests par semaine proposés à toute la population et envisage un système controversé de passeport sanitaire pour les rassemblements de masse en Angleterre, comme les matchs de football et les événements en salle.

Allègements au Portugal et en Grèce

En ce lundi de Pâques, le Portugal desserre aussi prudemment la vis : musées, collèges et terrasses de café ont rouvert, plus de deux mois après leur fermeture, deuxième étape d’un plan de déconfinement progressif. Les rassemblements seront cependant limités à quatre personnes par table sur les terrasses, tandis que les cours collectifs restent interdits dans les salles de sport et les musées devront adapter leurs horaires d’ouverture.

En Grèce, la plupart des magasins ont été autorisés à rouvrir lundi, sauf les grands magasins et centres commerciaux, malgré des chiffres toujours inquiétants. Les personnes qui souhaitent se rendre dans les magasins doivent toutefois prendre rendez-vous et le nombre de personnes pouvant se trouver en même temps dans un magasin est limité, allant jusqu’à 20 personnes. Cette mesure ne s’applique cependant pas aux deux plus grandes villes du pays après Athènes, Thessalonique et Patras, où l’épidémie est particulièrement virulente.

Le FMI étend son aide d’urgence

Ailleurs dans le monde, ce lundi a apporté son lot de nouvelles mesures pour limiter la propagation du virus, qui a fait au moins 2,85 millions de morts depuis son apparition.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé l’extension d’une aide d’urgence en faveur de 28 pays parmi les plus pauvres du monde pour leur permettre d’alléger leur dette et de mieux faire face à l’impact de la pandémie. Le Chili ferme de son côté ses frontières à partir de lundi, pour tout le mois d’avril. En Ukraine, de nouvelles restrictions sont aussi entrées en vigueur, la mairie de Kiev ayant annoncé l’arrêt quasi-total des transports en commun, tandis que les écoles pour les plus jeunes, dont les maternelles, fermaient.