Confinement en Ille-et-Vilaine : La consommation d’alcool sur les plages interdite

CONFINEMENT Le préfet du département veut éviter que le bord de mer ne se transforme en lieu de fête

Jérôme Gicquel

— 

Un couple marche sur la grande plage de Saint-Lunaire, en Ille-et-Vilaine.
Un couple marche sur la grande plage de Saint-Lunaire, en Ille-et-Vilaine. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le préfet d'Ille-et-Vilaine a annoncé ce vendredi qu’il allait prendre un arrêté pour interdire la consommation d'alcool sur les plages et sur les digues afin d’éviter que le bord de mer ne se transforme en lieu de fête ce week-end.
  • Seules les personnes habitant à moins de 10 kilomètres de la mer pourront profiter des plages.
  • Selon les derniers chiffres de l’Agence régionale de santé, le taux d’incidence s’élève désormais à 199 cas pour 100.000 habitants en Bretagne. C’est le département d’Ille-et-Vilaine qui est le plus touché avec un taux d’incidence de 284 cas, devant les Côtes-d’Armor (209 cas).

Le Premier ministre Jean Castex l’a annoncé jeudi devant l’Assemblée Nationale et le Sénat. La consommation d’alcool sur la voie publique devrait normalement être interdite sur tout le territoire national ces prochaines semaines afin d’éviter les rassemblements. Les derniers arbitrages concernant les nouvelles restrictions sanitaires devraient être connus dans la soirée. Mais au cas où cette interdiction ne serait pas généralisée, certains préfets ont déjà prévu de serrer la vis.

C’est le cas du préfet d’Ille-et-Vilaine qui a annoncé ce vendredi qu’il allait prendre un arrêté pour interdire la consommation d’alcool sur les plages et sur les digues afin d’éviter que le bord de mer ne se transforme en lieu de fête ce week-end. Si elle est prise, la mesure entrerait en vigueur dès ce samedi et s’appliquerait également à certains lieux de la métropole rennaise. Elle ne concernerait pas en revanche les trois autres départements bretons. Contrairement au premier confinement en mars, l’accès aux plages sera autorisé en ce mois d’avril. Mais seules les personnes habitant à moins de 10 kilomètres de la mer pourront en profiter.

Le pic de la deuxième vague dépassé

Lors de son point hebdomadaire sur la situation sanitaire, le préfet Emmanuel Berthier a par ailleurs confirmé que la situation continuait de se dégrader en Bretagne comme partout en France. Selon les derniers chiffres de l’Agence régionale de santé, le taux d’incidence s’élève désormais à 199 cas pour 100.000 habitants. C’est le département d’Ille-et-Vilaine qui est le plus touché avec un taux d’incidence de 284 cas, devant les Côtes-d’Armor (209 cas). Les autorités sanitaires s’inquiètent également de la hausse de ce taux d’incidence chez les plus jeunes. Il atteint ainsi les 400 cas chez les 16-25 ans dans la région et les 300 cas chez les 0-15 ans.

Dans les hôpitaux bretons, le pic de la seconde vague a par ailleurs été franchi ces derniers jours avec désormais 775 personnes qui sont hospitalisées dans les établissements de la région, dont 114 en service de réanimation. Entre 40 et 50 décès sont également à déplorer chaque semaine.