Confinement : Prise de congés et autorisations spéciales d’absence facilitées pour les agents publics

FERMETURE DES ECOLES Si comme dans le privé, le télétravail doit être « intensifié », les agents qui ont des missions qui ne sont pas télétravaillables ont la possibilité de bénéficier d’une autorisation spéciale d’absence

20 Minutes avec AFP
— 
Avec la fermeture des écoles, les agents sont invités à
Avec la fermeture des écoles, les agents sont invités à — Stephane ALLAMAN/SIPA

La prise de congés et les autorisations spéciales d’absence pour les gardes d’enfants vont être facilitées pour tous les agents publics, à la suite de la fermeture des écoles, a indiqué vendredi la ministre de la Transformation et de la fonction publiques, Amélie de Montchalin.

« D’abord nous facilitons la prise de congés », a déclaré la ministre en évoquant les nouvelles restrictions sanitaires et les conséquences de la fermeture des écoles, lors d’un point presse téléphonique. Ils ne seront « pas imposés », a-t-elle assuré.

Autorisation spéciale d’absence en cas de missions pas télétravaillables

Par ailleurs, toutes les personnes « qui doivent garder des enfants de moins de 16 ans et qui ont des missions qui ne sont pas télétravaillables, ont la possibilité de bénéficier d’une autorisation spéciale d’absence (équivalent au chômage partiel dans le privé) », a-t-elle ajouté.

Tous « les parents d’enfants qui sont d’habitude dans des crèches, écoles maternelles ou écoles primaires, pourront justifier, comme dans le secteur privé, que si la situation ne leur permet pas de télétravailler car ils n’ont pas de solution de garde, ils pourront bénéficier d’une autorisation spéciale d’absence ».

Pour les agents ayant l’obligation d’être sur leur lieu de travail, à l’instar des soignants ou des forces de l’ordre, « les enfants seront accueillis dans les écoles et structures périscolaires comme en mars 2020 », a encore précisé la ministre, en assurant que « toutes les situations (seraient) couvertes ».

Le télétravail doit être « intensifié »

Concernant le télétravail, comme dans le privé, il doit être « intensifié ». « 57 % des agents étaient en télétravail dans la fonction publique d’Etat la semaine dernière, 76 % dans les ministères centraux, dont la moitié faisant 4 à 5 jours (de travail à distance) par semaine. En termes de services déconcentrés, le télétravail concerne toujours un tiers des agents à raison de 4 à 5 jours par semaine », a précisé Amélie de Montchalin.

En termes d’équipements pour les agents qui télétravaillent, 50.000 ordinateurs sont en cours de livraison et seront fournis d’ici la fin de l’année. Un budget de 200 millions d’euros est dédié aux outils informatiques et numériques des agents publics dans le cadre du plan de relance, a-t-elle rappelé.