Confinement à Marseille : « Evidemment, il y aura du monde sur les plages » La ville double la présence de médiateurs tous les week-ends d'avril

CONFINEMENT La ville, qui s’attend à une forte fréquentation du littoral et des parcs, déploie 110 médiateurs pour prévenir les délits

Caroline Delabroy

— 

Des joueurs de beach-volley sur une plage de Marseille
Des joueurs de beach-volley sur une plage de Marseille — CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
  • Après la fréquentation record des plages marseillaises cet été, les autorités locales s’attendent à voir du monde sur le littoral pendant ce troisième confinement.
  • Les élus comme le directeur du parc des Calanques en appellent au sens des responsabilités de chacun pour respecter les gestes barrières.
  • Ecogardes et médiateurs sanitaires seront mobilisés.
  • La préfecture de police annonce des contrôles renforcés.

« Oui le littoral sera fréquenté, et les plages le seront aussi. » Hervé Menchon, élu EELV en charge de la mer à la ville de Marseille, ne s’attend pas à autre chose avec le week-end de Pâques mais surtout le nouveau confinement et sa règle des 10 kilomètres. « Les plages et les espaces verts sont les lieux où l’animal humain vient trouver un peu de bien-être », dit-il, sans aucune moquerie dans la voix. Il a encore en mémoire les chiffres records de l’été dernier à Marseille : « 40 % de fréquentation supplémentaire sur les plages, c’est énorme ».

Mais il ne faut pas compter sur lui pour « stigmatiser l’usage balnéaire et la promenade littorale ». « Je ne serai pas celui qui ordonnera la fermeture des plages », assure-t-il, préférant miser sur la « responsabilité des gens » pour respecter le port du masque, la distanciation sociale et la règle de 6 personnes maximum. « S’il y a des regroupements, c’est un sujet qui touche à la police », fait-il valoir. Selon Sophie Camard, la maire des 1er et 7e arrondissements de Marseille qui compte dans son secteur la plage des Catalans et le vallon des Auffes, « des équipes d’animateurs sanitaires » vont être déployées.

100 médiateurs tous les week-ends d’avril

En conseil municipal, Yannick Ohanessian, adjoint à la sécurité, a annoncé le doublement de ces médiateurs sociaux pour « tous les week-ends du mois d’avril ». « Nous allons avoir besoin d’être omniprésent pour sensibiliser aux gestes barrières, c’est un plan d’actions pour répondre aux nouvelles règles sanitaires », explique l’élu. Ainsi, 110 médiateurs prévention Covid seront chargés durant cette période « d’apaiser, d’éviter les conflits, de prévenir les délits et de conseiller ceux qui sont de passage chez nous. » Ils seront déployés aux abords des parcs et jardins, du parc balnéaire du Prado, des Calanques, et équipés de stocks de masques pour « une distribution massive si nécessaire ».

Des infractions systématiquement verbalisées

« Evidemment qu’il y aura du monde », anticipe Sophie Camard. Mais pas question d’adopter un ton martial : « On n’est pas en train de transformer chacun de nous tous en délinquant, on est dans la responsabilité et la surveillance pour que ça se passe bien et le mieux possible. » Côté préfecture de police, le message est clair après le raté du carnaval de la Plaine : « Toute infraction sera systématiquement verbalisée ». Un renforcement des opérations de contrôle est annoncé dès ce vendredi soir. Dans le viseur : les rassemblements festifs et les regroupements sur les places, les plages et les quais.

Du côté du parc national des Calanques, ce sont 24 écogardes qui vont commencer ce week-end leur saison dans un contexte bien particulier. « La contrainte est forte, 10 km autour des Calanques, c’est déjà un bassin de population très important », avance François Bland, le directeur du parc. Et c’est sans compter les visiteurs qui viendront passer leur confinement à Marseille. « On s’attend à une fréquentation très forte du massif des Calanques », poursuit-il, avant de rassurer ceux qui gardent un mauvais souvenir de la fermeture du parc au premier confinement : « Nos espaces naturels sont ouverts, le public a besoin de se rendre dans la nature. »

La rando à l’intérieur du massif plutôt que la plage

Lui aussi en appelle à la responsabilité de chacun pour « adopter les bons gestes », pour à la fois se protéger les uns les autres et pour protéger la nature. La grande inquiétude reste la congestion du trafic pour accéder au site, les déchets non ramassés et la surfréquentation de certaines calanques. « Diversifions nos expériences, invite François Bland. Cela veut dire de ne pas systématiquement aller vers les plages mais d’utiliser aussi les sentiers à l’intérieur du massif. » Son conseil pour dénicher des idées de balades hors des sentiers rebattus ? Aller voir dans l’application (gratuite) Mes Calanques.