Coronavirus à Lunel : Pour lutter contre l'épidémie, il est désormais interdit de cracher dans la rue

COVID-19 Le maire a publié un arrêté

Nicolas Bonzom
— 
Lunel.
Lunel. — N. Bonzom / Maxele Presse

« Fini le mode "lama" dans la rue », gronde la mairie de Lunel (Hérault), dans un communiqué, ce vendredi matin. Pour « lutter contre la propagation du coronavirus », la commune a pris un arrêté interdisant les crachats sur la voie publique. Les contrevenants s’exposent à une amende de 38 euros. Non, ce n’est pas un poisson d’avril (un peu en retard), promet la commune à 20 Minutes, arrêté municipal signé par le maire, et « validé par la préfecture » de l’Hérault, à l’appui.

« En temps normal, cracher dans la rue c’est déjà dégoûtant, mais que dire de ce comportement en cette période de propagation du virus ? Virus, qui rappelons-le, est très virulent et qui de plus, se transmet par les postillons salivaires », poursuit la commune.

« Le plus élémentaire »

« On est tous en chaussures, on marche dans la rue, on croise le crachat d’un impoli et on rentre chez soi… Peut-être le virus collé aux semelles, explique Pierre Soujol (sans étiquette). J’estime qu’en cette période, il était important de rappeler cette règle sur notre ville. »

Cracher dans la rue, « c’est aussi sale que des crottes de chien : cela ne se fait tout simplement pas. Et s’il faut éditer un arrêté pour mettre fin au laisser-aller de certains, la ville de Lunel est passée à l’acte », renchérit la commune, qui sermonne les contrevenants. « Le plus extraordinaire (…), c’est qu’aujourd’hui une ville soit dans l’obligation de prendre un arrêté pour rappeler à certain le plus élémentaire. »