Vaccination à Cannes : Les 50 ans et plus seront bien vaccinés dès le 8 avril « sans pénaliser personne »

COVID-19 La mairie, rabrouée par Olivier Véran, « a tellement avancé » qu’elle veut élargir sa campagne à des publics plus jeunes, mais aussi aux forces de l’ordre et enseignants

Fabien Binacchi
— 
Mardi, dans un box du centre de vaccination installé depuis le 4 janvier au Palais des festivals et des congrès de Cannes
Mardi, dans un box du centre de vaccination installé depuis le 4 janvier au Palais des festivals et des congrès de Cannes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • L’élargissement de la campagne de vaccination aux plus de 50 ans promis par le maire LR David Lisnard, et qui avait suscité de vives critiques du ministre de la Santé la semaine dernière, est confirmé à Cannes.
  • « Nous avons déjà tellement bien avancé que nous sommes en mesure d’élargir la campagne sans pénaliser personne », promet Dominique Aude-Lasset, coordinatrice des deux centres de vaccination ouverts à Cannes.

Dans une des salles polyvalentes du Palais des festivals, transformé depuis le 4 janvier en usine de la vaccination anti- Covid-19, Pascale attendait patiemment son tour, mardi matin. Assise sur une chaise dans la file d’attente estampillée « Pfizer », cette Cannoise de 53 ans se réjouissait d’avoir « déjà droit à une dose ». Son mari qui l’accompagnait « a 54 ans et une petite comorbidité » mais elle « est en pleine forme ».

L’élargissement de la campagne promis par le maire LR David Lisnard, et qui avait suscité de vives critiques du ministre de la Santé la semaine dernière, a-t-il déjà commencé sur la Croisette ? Renseignements pris, « cette dame va devoir aller revoir le médecin » régulateur, « il a dû y avoir une erreur », explique Dominique Aude-Lasset, directrice générale adjointe des services de la mairie et coordinatrice des deux centres ouverts dans la ville.

Dans la «salle de repos» post-vaccination du centre installé dans le Palais des festivals
Dans la «salle de repos» post-vaccination du centre installé dans le Palais des festivals - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Mais la possibilité pour tous les Cannois de plus 50 ans de bénéficier d’un vaccin est bien prévue pour le 8 avril, annonce la mairie à 20 Minutes. « Nous en sommes déjà à 2.000 rendez-vous programmés pour ces publics-là », indique-t-elle. Avant cela, elle ouvrira, dès samedi et à partir du 6 avril, la vaccination « à l’ensemble des forces de l’ordre et des enseignants résidant ou exerçant leur activité professionnelle à Cannes ». L’hôtel de ville précise encore, pour couper court à toute autre polémique : « Nous gardons quand même des créneaux pour les publics prioritaires qui continuent d’appeler ».

Meilleure élève du département des Alpes-Maritimes

« Ils sont encore une vingtaine par jour. Certains attendaient d’avoir les retours d’amis ou de voisins, pour se manifester sur notre plateforme d’inscription. Mais nous avons déjà tellement bien avancé que nous sommes en mesure d’élargir la campagne sans pénaliser personne », promet Dominique Aude-Lasset.

Selon une information transmise lundi par la préfecture des Alpes-Maritimes sur la base du logiciel Ameli, avec 74 % de vaccination sur l’ensemble des 70 ans et plus, « Cannes est classée première ville du département, alors que la moyenne nationale est de 46 % », se félicite la municipalité. A date, 4.830 Cannois ont déjà reçu deux doses et 7.628 sont en attente de la deuxième.

Catherine et Charles, 79 et 88 ans, sont venus mardi recevoir leur dernière injection. « C’est formidable que Cannes aille aussi vite, avancent-ils en chœur, une épaule découverte. On espère que nos proches plus jeunes vont rapidement avoir un rendez-vous. Il n’y a que comme ça qu’on pourra vite retrouver une vie normale. »

« Visibilité bien meilleure sur les livraisons »

Derrière l’un des cinq box où ces deux retraités s’étaient retrouvés, dans une salle adjacente du centre de vaccination du palais des congrès de la Croisette, des doses venaient encore d’arriver mardi. D’autres ont été également stockées ce mercredi matin. Dans un frigo sous clé, 2.610 de la formule Pfizer/BioNtech et 1.490 Moderna « seront écoulées d’ici mardi », précise Dominique Aude-Lasset.

Dominique Aude-Lasset devant le frigo où sont stockées les doses de vaccin contre le Covid-19
Dominique Aude-Lasset devant le frigo où sont stockées les doses de vaccin contre le Covid-19 - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Nous pouvons également élargir la vaccination parce que depuis quelques jours, nous avons une visibilité bien meilleure sur les livraisons », raconte encore la coordinatrice des centres, qui a pu rouvrir celui du palais des victoires, à l’ouest de la ville, depuis ce mercredi, à la faveur de ces nouvelles arrivées.

« Entre le 6 avril et le 6 mai, nous savons déjà que nous aurons 12.000 Pfizer et 3.000 Moderna de plus, poursuit-elle. Ce sont ces doses qui serviront entre autres aux 50 ans et plus. Et c’est d’autant plus important de commencer vite que ce sont aujourd’hui des gens plus jeunes qui se retrouvent en réanimation. »

Vingt-huit employés de mairie mobilisés dans les vaccinodromes

La semaine dernière, la perspective de cet élargissement avait fait bondir Olivier Véran. « La vaccination des 50 ans et plus sans comorbidité ne se fera pas tant qu’elle n’aura pas été décidée au niveau national et donc pas tant que nous n’aurons pas protégé la totalité des personnes fragiles et vulnérables » avait tranché le ministre de la Santé. Il appelait « les élus à se battre pour aller chercher, chez elles s’il le faut, les personnes à protéger en priorité ».

« Si nous sommes en capacité [d’ouvrir la prise de rendez-vous pour les plus de 50 ans aujourd’hui], c’est parce que nos vaccinodromes sont opérationnels depuis le 4 janvier, quand le gouvernement prétendait qu’ils n’étaient pas utiles, et que nous mobilisons en nombre le personnel municipal en lieu et place de l’État », lui avait sèchement rétorqué le maire David Lisnard. Pour faire tourner ses deux centres, la mairie a redispatché 28 de ses personnels administratifs et fait appel à des infirmiers et des médecins à la retraite.