Coronavirus : La pandémie a retardé d’au moins une génération les progrès sur l’égalité femmes-hommes

SEXISME Les femmes sont les premières victimes de restrictions sanitaires et de la crise économique qui en découle, dit un rapport du Forum économique mondial

20 Minutes avec AFP

— 

"Je suis forte, féministe, radicale et en colère", dit sur son masque cette femme dans une manifestation à Paris le 6 mars.
"Je suis forte, féministe, radicale et en colère", dit sur son masque cette femme dans une manifestation à Paris le 6 mars. — BERTRAND GUAY / AFP

La crise sanitaire a retardé de plus d’une génération le temps nécessaire pour parvenir à l’égalité homme-femme, selon l’étude annuelle publiée ce mercredi par le Forum économique mondial (WEF, organisation connue comme le forum économique de Davos). Si ce rapport fait ressortir de fortes disparités d’un pays à l’autre, il faudra toutefois encore compter 135,6 années avant de parvenir à la parité à l’échelle mondiale.

Il faudra désormais trente-six ans de plus pour combler les écarts tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d’éducation, souligne cette étude annuelle sur les inégalités femmes-hommes dans le monde dont c’est la quinzième édition. « La pandémie a eu un impact fondamental sur l’égalité femmes-hommes, tant sur le lieu de travail qu’à la maison, faisant reculer des années de progrès », a mis en lumière Saadia Zahidi, membre du comité exécutif du Forum économique mondial, citée dans le communiqué accompagnant l’étude.

La double charge mentale des femmes s’est aggravée

Les répercussions de la crise sanitaire ont été plus sévères pour les femmes qui ont été plus nombreuses à perdre leur emploi, en partie en raison de leur sur-représentation dans des secteurs liés à la consommation qui ont été les plus directement affectés par les mesures de confinement. Selon les chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT), la perte d’emplois des femmes a atteint 5 % en 2020, contre 3,9 % chez les hommes, a cité l’étude à l’appui.

La crise sanitaire a également accru la double charge des femmes entre le travail et les responsabilités de la maison, avec les tâches ménagères, la garde des enfants et des soins aux personnes âgées qui leur « incombent de manière disproportionnée ». Le fossé s’est surtout creusé au niveau politique, selon cet indice réalisé tous les ans depuis 2006. S’il fait ressortir une amélioration dans plus de la moitié des 156 pays passés en revue, les femmes n’occupent toutefois que 26,1 % des sièges parlementaires et 22,6 % des postes ministériels au niveau mondial. En poursuivant sa trajectoire actuelle, l’écart femmes-hommes en politique devrait mettre 145,5 ans à se combler, contre 95 ans dans la précédente édition du rapport, datant de fin 2019.

Pour la douzième année consécutive, l’Islande s’est maintenue en haut de classement, restant le pays le plus égalitaire au monde. La France a reculé d’un cran en 2021, à la seizième place du classement sur 156 pays. Elle se classe au vingtième rang en matière d’émancipation politique, même si elle arrive à la première place pour la part de femmes à des postes ministériels. La France a toutefois encore du chemin à parcourir sur le marché de travail. L’étude relève que les Françaises restent plus nombreuses à travailler à temps partiel mais met aussi en lumière les écarts de revenus et de salaires. Le revenu estimé des femmes ne représente toujours que 71 % de celui des hommes dans l’Hexagone, selon ces données.