Nantes : « Ces jeunes doivent être honorés », réagit celle qui a filmé le sauvetage d'une famille des flammes

INCENDIE Dimanche après-midi à Nantes, plusieurs jeunes n'ont pas hésité à escalader un immeuble en flammes pour venir en aide à leurs voisins

Julie Urbach
— 
Des jeunes ont escaladé un immeuble en feu, dimanche à Nantes
Des jeunes ont escaladé un immeuble en feu, dimanche à Nantes — K. Zekkar / Facebook
  • Un violent feu d'appartement s'est déclaré dimanche après-midi à la Bottière à Nantes.
  • Plusieurs jeunes se sont mobilisés pour évacuer des habitants, dont un couple et leur bébé de 6 mois.

Deux jours après les faits, elle est encore sous le coup de l’émotion. Kenza Zekkar, une habitante du quartier de la Bottière à Nantes, se remet doucement de la scène qu’elle a filmée dimanche après-midi, une séquence largement partagée depuis sur les réseaux sociaux. Sur ses images, on voit plusieurs jeunes gens escalader la façade d’un immeuble en flammes. Grâce à la chaîne humaine qu’ils ont formée, ils arrivent à descendre une femme, dont l’appartement, situé au 2e étage, est en train de brûler.

D’après plusieurs témoins, deux autres personnes ont pu être sauvées avant l’arrivée des pompiers, et notamment un bébé de 6 mois. « On a voulu prendre les escaliers pour les chercher mais il y avait trop de fumée, raconte Abdel, le mari de Kenza, qui travaille dans le domaine de la sécurité incendie. J’ai d’abord demandé à ce qu’on coupe le compteur électrique, puis des jeunes ont été chercher des matelas. Le père tenait son bébé, puis il l'y a jeté… On n’a pas réfléchi, il fallait agir. Il fallait aussi rassurer les voisins, pour éviter que quelqu’un ne saute. » « Des gens criaient, rapporte Ismael, qui a lui aussi participé au sauvetage. On s’est répartis en deux équipes pour aller des deux côtés de l’immeuble. »

« Honneur et reconnaissance »

Au final, neuf personnes ont été blessées, dont les parents et la petite fille, transportée au CHU de Nantes en urgence absolue mais tirée d’affaire, selon le voisinage. « Heureusement qu’on était là, estime aujourd’hui Kenza, qui préside l’association Bien être solidaire Pays-de-la-Loire. Je ne recherche pas la célébrité en disant cela mais ces jeunes, qui ont sauvé des vies, doivent être honorés pour ce bel acte d’humanisme. Je ne comprends pas pourquoi les pompiers, que l’on a appelés cinq fois, ont mis autant de temps à arriver et pourquoi la ville n’est pas revenue vers nous depuis… »

Une pétition a été lancée pour demander aux pouvoirs publics « Honneur et reconnaissance pour les héros de la Bottière ». Quelque 200 signatures ont été récoltées.