Finistère : Un gîte va bientôt accueillir des touristes dans l’ancien phare de l’île Vierge

EVASION Les réservations ouvriront à la fin du mois d’avril avec la nuitée qui sera proposée à partir de 350 euros pour dix personnes

Jérôme Gicquel

— 

Le phare de l'île Vierge, au large de Plouguerneau, dans le Finistère, va accueillir un gîte touristique à ses pieds.
Le phare de l'île Vierge, au large de Plouguerneau, dans le Finistère, va accueillir un gîte touristique à ses pieds. — Lionel Le Saux / SIPA

L’endroit est sauvage et son nom est une invitation à l’évasion. Située au large de Plouguerneau (Finistère) dans le pays des Abers, l’île Vierge est un bout de caillou de six hectares qui aurait été il y a longtemps un ancien sanctuaire de druides. Elle héberge le plus haut phare d’Europe et même le plus haut du monde construit en pierre de taille. Allumé en 1920, l’édifice de 82,5 mètres de haut a été le dernier appareil de France à être automatisé en 2010.

A ses pieds se trouve le premier phare de l’île, construit en 1845. Plus petit par la taille (33 mètres), il a longtemps servi de maison pour les gardiens du phare. D’ici l’été, il va se transformer en gîte touristique. A l’abandon, le bâtiment a en effet fait l’objet d’un vaste programme de rénovation démarré fin 2018. Désormais retapé, il accueillera ses premiers Robinson Crusoé au mois de juin.

A partir de 350 euros la nuitée pour dix personnes

Pour y séjourner, il faudra sûrement faire vite avec des réservations qui ouvriront à la fin du mois d’avril sur le site de l’office du tourisme des Pays des Aberts. La location sera proposée à partir de 350 euros la nuitée pour dix personnes maximum.

A ce prix, les hôtes feront l’expérience de la vie que menaient les gardiens du phare avec « des couchages inspirés des lits clos, des meubles d’époque et des matériaux traditionnels ». Le gîte possède par ailleurs sa propre alimentation en eau et en énergie avec six petites éoliennes, des panneaux solaires et une usine de traitement de l’eau.