Affaire Pierre Ménès : « S’excuser n’efface pas l’humiliation subie », réagit la ministre Elisabeth Moreno

SEXISME La ministre déléguée à l’Egalite entre les femmes et les hommes a réagi, ce lundi, après le message posté par le chroniqueur de Canal +

Julie Urbach

— 

Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'Egalité hommes femmes
Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'Egalité hommes femmes — Ludovic Marin/AP/SIPA

« La moindre des choses est de s’excuser, mais ça n’efface pas l’acte. Les humiliations que les femmes subissent dans notre société parce qu’elles sont des femmes doivent simplement cesser. » En marge d’un déplacement ce lundi matin à Nantes sur le thème des violences faites aux femmes, la ministre déléguée à l’Egalite entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno a réagi auprès de 20 Minutes à l’affaire Pierre Ménès. Ce lundi, le chroniqueur de Canal + a posté un message d' excuses à ses anciennes collègues, une semaine après les révélations sur son comportement sexiste.

« Je me réjouis que les médias s’emparent de la question, mais il est fou de penser que les femmes sont obligées de parler d’elles de façon si provocatrice pour qu’on se rende compte de l’anormalité de ce qu’il se passe, continue Elisabeth Moreno. Dire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", c’est vous dire combien c’est violent. C’est vous dire le nombre de fois qu’elles ont dû le subir et combien il est temps que cela cesse enfin. Ce n’est pas parce qu’un fait est dénoncé qu’il faut oublier les centaines de milliers d’autres qui ont lieu tous les jours. »

Une nécessaire « libéralisation de la parole »

La ministre, qui visitait ce matin le lieu refuge contre les violences faites aux femmes Citad’elles, a tenu à saluer « la libéralisation de la parole des femmes qui n’acceptent plus des violences qui étaient banalisées il y a quelque temps ». « De la même manière qu’une femme ne baisse pas le pantalon d’un homme, un homme ne doit pas soulever la jupe d’une femme. C’est dommage qu’en 2021 nous devions encore rappeler ce genre de choses… »