Coronavirus : Plus de 1.000 étudiants de l’université Aix-Marseille inquiets du présentiel aux prochains examens

EPIDEMIE Outre le contexte sanitaire, une pétition en ligne rappelle que des étudiants sont repartis vivre dans leur famille à cause de l’enseignement en distanciel

Caroline Delabroy
— 
Le campus de Luminy à Marseille
Le campus de Luminy à Marseille — LAURENT CHAMUSSY/SIPA
  • Une pétition anonyme, adressée à Aix-Marseille Université, la plus grande de France, a réuni plus de 1.000 signatures. Elle demande que les examens d’avril se tiennent en distanciel.
  • Les étudiants que nous avons contactés témoignent avant tout d’une inquiétude qui grandit, et d’un sentiment de décrochage.

Si les Bouches-du-Rhône n’entrent pas dans la liste des départements confinés, le contrôle terminal se tiendra bien en présentiel début avril. Etudiante en licence à la faculté d’économie et de gestion à Aix-Marseille Université, Léa a reçu cette nouvelle par mail ce vendredi matin. Et comme près de 1.000 autres signataires d’une pétition en ligne qui circule pour demander que les examens d’avril se déroulent en distanciel, elle aurait aimé un choix autre pour la plus grande université de France. « Il y a des étudiants précaires qui ont lâché leur appart à Aix, ils ne vont pas se payer une chambre d’hôtel pour pouvoir passer leurs exams pendant une semaine, lance-t-elle. Et il y a ceux qui vivent avec des personnes âgées et à risque. »

« On a des pauses d’une heure entre deux examens, on va forcément se retrouver, dit aussi Asma, une camarade de promo, qui ne trouve pas ça logique. J’aurais trouvé cela juste si on avait pu revenir en présentiel pour les cours, là, j’ai l’impression qu’ils sont obsédés par la tricherie. On a fait tous nos cours en Zoom, je pense que les examens devraient suivre la même logique. » Elle n’a toutefois pas signé la pétition, elle ne pense pas que cela va changer les choses et s’inquiète davantage du manque de motivation dans sa promo : « C’est un semestre où on a beaucoup décroché un peu tous. »

« On a eu tous les cours à distance »

Quand on demande à Louis, également étudiant à Aix-Marseille Université, s’il a signé la pétition, il répond que non. « Ce n’est pas à nous de décider, c’est la faculté qui fait comme elle peut avec le contexte sanitaire. » Mais il s’étonne de la décision de maintenir en présentiel les examens, « car c’est contraire à ce que dit le gouvernement. On a eu tous les cours à distance. On dit aux gens de ne pas sortir et on met les examens sur place, ce n’est pas très logique. »

Contactée, l’université, qui compte près de 80.000 étudiants répartis sur cinq campus, ne souhaite pas communiquer sur le sujet. Et rappelle au passage que l’organisation des examens est actée par les instances de l’université, où sont représentés les syndicats étudiants. « Même si on est consulté, on n’est pas d’accord », temporise Lyes Belhadj, président de l’UNEF Aix-Marseille. « Beaucoup d’étudiants ne sont pas sur place, et beaucoup ont des difficultés aussi avec les cours en distanciel », explique-t-il.

« On n’en peut plus ! »

« Il faudrait un système hybride où l’on puisse avoir le choix entre présentiel et distanciel selon notre situation, ce serait la solution la plus optimale », poursuit le syndicaliste étudiant. Reste qu’il n’approuve pas la démarche d’une pétition anonyme, et préfère que « les choses se co-construisent avec l’université, en bonne intelligence. » A l’entendre, des discussions sont en cours. « C’est compliqué, mais je suis plutôt optimiste », confiait Lyes Belhadj vendredi.

« On essaie de préparer l’examen comme on le faisait auparavant, aucun de nous n’a les cours complets », dit de son côté Léa, qui n’a qu’une envie, passer à autre chose. « Tout ce qu’on fait durant nos diplômes, on en utilise que 20 % dans le monde du travail », philosophe-t-elle, avant de lancer, avec une certaine fatigue dans la voix : « Laissez-nous passer en master, on n’en peut plus de cette année ! »