Coronavirus à Narbonne : La préfecture s'oppose aux visites guidées dans les coulisses d'un restaurant à volonté

EPIDEMIE Les créneaux proposés par les Grands buffets affichaient complet

Nicolas Bonzom

— 

Aux Grands buffets, à Narbonne
Aux Grands buffets, à Narbonne — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le restaurant les Grands buffets, à Narbonne, ne pourra pas faire visiter à de petits groupes les coulisses de son établissement pas comme les autres.
  • La préfecture a interdit à Louis Privat, son fondateur, de mettre en place cette activité.
  • « Dommage », confie le créateur du restaurant, entré au Guinness Book des records.

Il n’y aura pas de visites guidées des Grands buffets, à Narbonne (Aude). La préfecture a refusé, en raison de l’épidémie de Covid-19, que ce restaurant à volonté, très prisé, accueille de petits groupes de curieux pour visiter ses cuisines, son atelier de pâtisserie, ses œuvres, et son décor aux 18.000 feuilles d’or. Cette balade gratuite dans les coulisses de cet établissement pas comme les autres, entré au Guinness Book des records pour son gargantuesque plateau de fromages, affichait pourtant complet, depuis l’ouverture des réservations, le 16 mars.

Le plateau de fromages des Grands buffets
Le plateau de fromages des Grands buffets - Grands buffets

« Nous avons eu tout de suite un succès incroyable ! », confie à 20 Minutes Louis Privat, le fondateur des Grands buffets. Mais les premières, prévues vendredi, n’ont pas eu lieu. Et le projet, mené bénévolement par l’équipe de ce haut lieu de la gastronomie dans l’Aude, est « mort né ». « J’organisais ces visites dans le cadre de notre activité de caviste, confie le restaurateur audois. Nous sommes tout à fait habilités à accueillir du public, et à lui vendre du vin. On peut imaginer qu’un caviste convie ses visiteurs à faire un tour dans son caveau, pour présenter les différents cépages, par exemple, s’il respecte les mesures sanitaires, et des jauges. Nous sommes dans ce cas. »

« On ne peut pas l’autoriser »

Mais la préfecture en a décidé autrement. « C’est vraiment dommage », déplore Louis Privat. « Cela nous aurait permis de renouer avec le public, confie-t-il. Nous aurions pu résister », mais, assure l’entrepreneur, il ne s’opposera pas à la décision de la préfecture.

« On ne peut pas l’autoriser, explique à 20 Minutes Rémi Recio, le sous-préfet de Narbonne. Les restaurants sont fermés, dans le cadre des mesures pour freiner l’épidémie de Covid-19, et les musées sont également frappés par cette interdiction. Et là, ces visites ressemblaient tout de même fortement à une activité muséale, dans un restaurant qui lui-même est fermé. Mais il n’y a pas eu d’échange véhément entre nous, [Louis Privat] a parfaitement compris. » Mais pour ceux qui souhaitent malgré tout pénétrer (virtuellement) dans les coulisses de ce restaurant hors normes, les Grands buffets viennent de publier un petit ouvrage  (disponible gratuitement ici).