Coronavirus à Rennes : Le taux d’incidence flambe dans la métropole et inquiète les autorités

EPIDEMIE Si la Bretagne reste la région la plus épargnée de France, sa capitale voit le nombre de nouveaux cas progresser fortement ces dernières semaines

Camille Allain
— 
La capitale bretonne a vu son taux d'incidence grimper en flèche ces dernières semaines.
La capitale bretonne a vu son taux d'incidence grimper en flèche ces dernières semaines. — C. Allain / 20 Minutes
  • Certains indicateurs de suivi de l’épidémie attirent toute l’attention des autorités à Rennes.
  • En moins de trois mois, le taux d’incidence est passé de 80 cas pour 100.000 habitants à plus de 216. Dans le même temps, le taux de positivité des tests a bondi de 3 à près de 8 %.
  • Ce sont « tout particulièrement les moins de 65 ans » qui sont les plus touchés ces dernières semaines.

Faut-il craindre un reconfinement dans la métropole rennaise ? Si cela ne semble pour l’heure pas envisagé, certains indicateurs de suivi de l’épidémie attirent toute l’attention des autorités. « Depuis le début de l’année, le taux d’incidence sur le territoire de Rennes Métropole a très fortement augmenté. Cette évolution est l’une des cinq plus marquées sur l’ensemble des métropoles françaises », souligne l’Agence régionale de santé bretonne.

Regardez plutôt. En moins de trois mois, le taux d’incidence est passé de 80 cas pour 100.000 habitants à plus de 216. Dans le même temps, le taux de positivité des tests a bondi de 3 à près de 8 % ! Heureusement pour les soignants, cette tendance à la hausse ne se traduit pour l’heure pas vraiment par une explosion du nombre d’hospitalisations. La raison s’explique sans doute par l’âge des nouveaux malades. D’après l’ARS, ce sont « tout particulièrement les moins de 65 ans » qui sont les plus touchés ces dernières semaines.

Respect des gestes barrière et limitation des interactions

La métropole rennaise abrite d’ailleurs une bonne partie des clusters du département, dont la majorité a été décelée en milieu professionnel et dans la sphère privée. En Bretagne, le Covid-19 a déjà fait plus de 1.500 morts. Pour éviter que ce chiffre n’explose, les autorités invitent la population métropolitaine à un respect strict des gestes barrière et à limiter leurs interactions, y compris dans la sphère privée.

Dans une interview accordée à 20 Minutes il y a moins de deux semaines, le professeur Pierre Tattevin avait évoqué la possibilité d’envisager un allègement de certaines mesures en Bretagne, région la moins touchée par le virus. Depuis, le méconnu variant breton est apparu et le nombre de cas dans la métropole rennaise a bondi.