Jeux en ligne : Le secteur pèse 1,7 milliard d'euros, une hausse de 22 % par rapport à 2019

ADDICTION 89 % des joueurs en ligne sont des hommes, et 30 % ont entre 18 et 24 ans, ce qui pousse l’Autorité nationale des jeux a tiré la sonnette d’alarme

20 minutes avec agence

— 

Si les paris sportifs dominent le secteur, certains préfèrent les jeux de casino. (Illustration)
Si les paris sportifs dominent le secteur, certains préfèrent les jeux de casino. (Illustration) — JS EVRARD/SIPA

Alors que presque tous les secteurs d’activité ont été durement touchés par l’épidémie de Covid-19, ceux liés au numérique ont su tirer leur épingle du jeu. Les jeux d’argent en ligne font partie de cette catégorie : leur chiffre d’affaires a progressé de 22 % en 2020 par rapport à l’année dernière. Selon les données de l’autorité nationale des jeux rapportées par RMC, il atteint désormais 1,7 milliard d’euros.

4,4 millions de parieurs sportifs

Parmi les différents domaines du secteur, les paris sur les compétitions sportives restent l’activité dominante. Avec une hausse de 7 % par rapport à 2019, les mises ont atteint 5,3 milliards d’euros, soit le montant le plus élevé jamais enregistré depuis l’ouverture à la concurrence, en 2010. De plus en plus nombreux, les parieurs sportifs sont aujourd’hui 4,4 millions.

Les joueurs en ligne sont des hommes à 89 %, âgés de moins de 35 ans dans 72 % des cas et de 18 à 24 dans 30 % des cas. Ils privilégient bien souvent les mises sur des sports populaires comme le football, le tennis ou encore le basket.

Un risque d’addiction

Si la nouvelle semble bonne pour les professionnels du secteur, l’Autorité nationale des jeux (ANJ) tient tout de même à mettre en garde. Car les plus jeunes sont désormais ciblés par des publicités tapageuses sur les réseaux sociaux, comme Snapchat ou TikTok.

L’ANJ encourage à rester vigilant, notamment en raison du risque d’addiction. « L’arrivée massive de nouveaux joueurs implique de protéger davantage les mineurs, surtout à l’approche des Jeux Olympiques et de l’Euro de football », ajoute l’autorité de régulation.