Des soignants qui tournent ostensiblement le dos à Emmanuel Macron ? Gare à ces images

FAKE OFF Une vidéo, filmée en plan serré, montre deux soignantes semblant tourner le dos au président pendant qu'il s'adresse à elles. Emmanuel Macron s'adressait à plusieurs soignants qui lui faisait face

Mathilde Cousin

— 

Emmanuel Macron s'adresse à des soignants du service de réanimation du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye, le 17 mars.
Emmanuel Macron s'adresse à des soignants du service de réanimation du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye, le 17 mars. — YOAN VALAT / POOL/SIPA
  • La séquence a été relayée par l’opposition : deux soignantes semblent tourner le dos à Emmanuel Macron alors que celui-ci s’adresse à elles.
  • Les images proviennent d’une visite du président mercredi dans un service de réanimation d’un hôpital francilien.
  • Des photos et une vidéo montrent que les soignants étaient disposés en arc de cercle face au président, et que les deux soignantes se tournent à plusieurs reprises pour écouter Emmanuel Macron.

Un accueil tendu ? Une vidéo de la visite d'Emmanuel Macron mercredi dans un hôpital de Poissy-Saint-Germain, en Île-de-France, est largement relayée sur Twitter. On y voit le président, accompagné d’Olivier Véran, s’adresser à des soignants. Deux soignantes, bras croisés, écoutent le président, semblant lui tourner le dos, tandis que derrière elles, une troisième soignante est tournée vers Emmanuel Macron. Une quatrième soignante apparaît dans le cadre au milieu de la vidéo pour répondre à un téléphone.

Les images ont été relayées par l’opposition, du PCF à Julien Bayou (EELV), en passant par Isabelle Balkany. Le président s’adressait alors à des soignants du service de réanimation du centre hospitalier.

Un représentant de la CGT a expliqué à Actu.fr que l’action était bien « volontaire ».

FAKE OFF

« Aucun professionnel n’a souhaité tourner le dos ostensiblement à Emmanuel Macron, explique le centre hospitalier à 20 Minutes. Ces personnes étaient à l’angle, du côté de la sonnette d’alarme, elles se tenaient prêtes pour aller voir les patients ou les familles » - les visites dans cet établissement n’étant autorisées qu’en réanimation.

Le maire de Poissy, Karl Olive, qui a rencontré le président mercredi, a abondé dans le sens de l’hôpital ce jeudi matin sur RTL.

Des soignants en arc de cercle face à Emmanuel Macron

Les deux vidéos relayées par l’opposition ont été tournées en plan serré. Un plan large, comme sur cette photo diffusée par l’agence de presse Sipa, montre qu’Emmanuel Macron s’adressait à de nombreux soignants, qui l’écoutaient pour certains les bras croisés, mais de face. Les soignants sont installés en arc de cercle, ce qui explique que ces deux soignantes se retrouvent presque de dos.

Emmanuel Macron s'adresse à des soignants du service de réanimation du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye, le 17 mars.
Emmanuel Macron s'adresse à des soignants du service de réanimation du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye, le 17 mars. - YOAN VALAT / POOL/SIPA

Dans les vidéos relayées sur Twitter, les deux soignantes qui sont dos au président tournent la tête pour l’écouter. Une autre photographie de Sipa les montrent tournées vers Emmanuel Macron.

Ces deux soignantes se tournent pour écouter Emmanuel Macron.
Ces deux soignantes se tournent pour écouter Emmanuel Macron. - YOAN VALAT / POOL/SIPA

La séquence a été diffusée en direct sur France Info et elle est disponible en replay (elle débute à la 23e minute). On voit que les soignantes se tournent à plusieurs reprises vers le président quand celui-ci prend la parole. La fin de l’échange n’a toutefois pas été diffusée en raison d’un problème technique.

Pendant cette visite, les soignants de cet hôpital de plus de 1.200 lits ont alerté Emmanuel Macron et Olivier Véran sur les entrées en réanimation, comme le rapportent Le Parisien et l’AFP. Une aide-soignante et un infirmier interrogés par BFMTV se sont dits pas « plus rassurés qu’avant » après ce déplacement présidentiel.