Confinement : Les vols de véhicules ont baissé en 2020… mais moins que prévu

DELINQUANCE Malgré les périodes de confinement, 121.500 véhicules – voitures ou deux-roues – ont été dérobés en 2020, selon une étude de Coyote Secure

Thibaut Chevillard

— 

Illustration d'un vol de voiture.
Illustration d'un vol de voiture. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA
  • L’entreprise Coyote Secure a publié, ce mercredi, une étude sur les vols de véhicules en 2020, se basant sur ses données, celles du ministère de l’Intérieur et celles du groupement d’assurances Argos.
  • En 2020, 121.500 voitures et deux-roues ont été dérobés en France. Un chiffre qui ne baisse que de 13 % par rapport à 2019, malgré les périodes de confinement.
  • Les voleurs sont de plus en plus organisés et professionnels et utilisent les nouvelles technologies pour s’emparer des véhicules, en particulier les deux-roues ou les SUV.

Un vol toutes les quatre minutes. En 2020, 121.500 voitures et deux-roues ont été dérobés en France. C’est (évidemment) moins que l’année précédente (-13 %), les deux périodes de confinement ayant mis un coup d’arrêt à la délinquance. Mais cette baisse aurait pu être encore beaucoup plus importante. « On a observé un effet de rattrapage. Le mois de septembre a marqué un record, avec une augmentation de plus de 70 % par rapport à l’année précédente », explique Jérôme Arnac, directeur marketing et communication chez Coyote Secure. L’entreprise a publié, ce mercredi, une étude sur les vols de véhicules en 2020, se basant sur ses données, celles du ministère de l'Intérieur et celles du groupement d’assurances Argos.

« Derrière les vols de voitures, ce sont bien souvent des filières organisées qui répondent à des demandes, ont des objectifs… On est assez loin du vol d’opportunité », poursuit Jérôme Arnac. Premier constat de l’étude : les régions les plus touchées par les vols de véhicules sont aussi les plus peuplées. À eux trois, l’Ile-de-France, la région Paca et les Hauts-de-France concentrent plus de la moitié des vols déclarés. Si la région parisienne est la « première en termes de risques de vols », c’est aussi parce que la part de deux roues subtilisés « pèse très lourd », note Jérôme Arnac, soulignant qu’ils sont encore « plus vulnérables » que les voitures. Selon les chiffres de Coyote Secure, 6 % de l’ensemble des deux roues motorisés ont été dérobés en 2020.

« Ils ne laissent plus de trace… »

Concernant les voitures, ce sont les SUV qui sont les plus prisés (46 % des vols en 2020), notamment ceux des marques françaises (67 %). Les petites citadines, elles, sont recherchées pour leurs pièces détachées. La probabilité de vol est en outre cinq fois plus élevée pour les véhicules professionnels que pour les véhicules particuliers. Mais depuis quelques années, les malfaiteurs ne crochètent plus les serrures. « Ils ne laissent plus de trace », résume Jérôme Arnac, qui liste différentes techniques. « Il est possible de répliquer ou d’amplifier le signal de la clé pour ouvrir le véhicule à l’insu de son propriétaire. » Autre méthode : « Les voleurs peuvent utiliser un brouilleur. Le propriétaire du véhicule pense avoir verrouillé sa voiture en éloignant, mais il n’en est rien. »

Une fois à l’intérieur, le voleur pourra faire démarrer la voiture en utilisant un appareil qu’il «branchera sur la prise diagnostic ». Dans 4 cas sur 10, le véhicule sera ensuite « enfoui », c’est-à-dire caché dans un parking souterrain, un box ou un container. Les voleurs évitent ainsi qu’il ne soit localisé par GPS et en profitent pour le démonter discrètement. « Les voleurs ont appris, au cours des dix dernières années, à se mettre à l’abri des technologies les plus classiques qui équipent souvent de série les modèles de voitures récentes », remarque le directeur marketing et communication chez Coyote Secure, ajoutant que l’entreprise a développé sa propre technologie permettant de retrouver une voiture volée rapidement.