Confinement en Ile-de-France : Attentes et critiques avant la prise de décision

EPIDEMIE Emmanuel Macron n’a pas encore tranché sur un reconfinement de l’Ile-de-France mais la région est d’ores et déjà en sursis

R.L. avec AFP
— 
Chatelet lors du couvre-feu à 18 heures
Chatelet lors du couvre-feu à 18 heures — CELINE BREGAND/SIPA

« On attend », « zéro information ». Ce mercredi matin, ces phrases reviennent dans la bouche d’élus. Et pour cause. L'Ile-de-France sera-t-elle confinée le week-end, comme l’a clairement laissé entendre Jean Castex ce mardi ? Ou un confinement strict 7 jours sur 7 ? Ce qui est sûr, c’est que l’Ile-de-France est « en sursis », comme l’a reconnu Valérie Pécresse, la présidente de région.

Le taux d'incidence a de nouveau grimpé à 418 nouveaux cas de contamination pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours dans la région parisienne, bien au-dessus du seuil dit d’« alerte maximale » des autorités sanitaires (250). La hausse du nombre de malades en réanimation oblige les hôpitaux d’Ile-de-France à déprogrammer près de la moitié de leurs opérations non urgentes.

Un an jour pour jour après le premier confinement, Emmanuel Macron doit donc trancher ce mercredi face à la « troisième vague » de l’épidémie et une vaccination freinée par les doutes sur AstraZeneca. Dans l’opposition de nombreuses voix dans l’opposition déjà mercredi la décision d’un homme seul « dans le secret du conseil de défense ».

« Beaucoup de communication politique »

« C’est le reproche que je fais depuis le début au président de la République de décider seul », a critiqué sur Franceinfo le député européen EELV Yannick Jadot. « On attend les déclarations du président de la République comme à chaque fois, il y a très peu de concertation avec les forces politiques, avec les élus locaux, avec les forces sociales de ce pays », a-t-il déploré. Julien Bayou, candidat EELV aux élections régionales, lui pointe un « problème d’anticipation », tout en critiquant « beaucoup de communication politique » aux dépens de « la vie des gens ». « Je comprends aussi les territoires concernés qui pointent  un certain favoritisme en Ile-de-France. »

« L’Ile-de-France est en sursis, avec un virus qui progresse vite, très agressif, très contagieux qui est le variant anglais », avait auparavant convenu la présidente de la région Valérie Pécresse, en demandant à être « associée » aux « mesures adaptées » que prendra le gouvernement. Peu de retours pour le moment au niveau de la mairie de Paris.

Hidalgo pas « informée », Macron à Poissy

« A ce stade je n’ai eu aucun appel, ni même aucune information » a indiqué devant la presse ce mercredi Anne Hidalgo, en déplacement à Douai dans le Nord, au sujet d’un éventuel reconfinement. La maire de Paris a par ailleurs jugé « qu’on pouvait faire mieux en termes de méthode ». « Je crois beaucoup à ce qui aurait pu être le couple préfets/maires », regrettant qu’une réunion avec le préfet ait été annulée ce mardi, note BFM TV.

Après le Conseil de défense sanitaire​ qui examine un éventuel renforcement des restrictions en Ile-de-France contre l’épidémie de Covid-19, a indiqué l’Elysée, Emmanuel Macron se rend à Poissy dans les Yvelines pour visiter les services en tension de l’hôpital Poissy/Saint-Germain. Il s’entretiendra ensuite en visioconférence avec une délégation de maires d’Ile-de-France.