Coronavirus en Auvergne Rhône-Alpes : Wauquiez conforté par une étude sur l'efficacité des purificateurs d'air dans les lycées

RECHERCHE Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes a donc demandé ce lundi la généralisation de ces purificateurs d’air dans tous les établissements scolaires

E.F. avec AFP
— 
Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes.
Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes. — J.P Clatot / AFP
  • Une étude scientifique menée par le consortium public privé Virpath et Virhealth a démontré la grande efficacité des purificateurs installés dans des lycées d’Auvergne Rhône-Alpes à l’initiative de la Région.
  • Conforté par le résultat de cette étude, le président LR de la région a demandé la généralisation de ces appareils dans tous les établissements scolaires.

Les appareils, déjà présents dans des lycées de la région, ont été testés dans un laboratoire P3 de haute sécurité. Le président (LR) d’Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a réclamé lundi à Lyon une généralisation de l’installation de purificateurs d’air dans les établissements scolaires, après qu’une initiative en ce sens de sa région eut été validée par une étude scientifique indépendante.

Les purificateurs d’air équipés de filtres hautes performances de type HEPA ont démontré une capacité de filtration du virus « de 99.9 % en 20 minutes d’utilisation (10 cycles de recirculation d’air) », a précisé ce lundi dans un communiqué le laboratoire Virpath, codirigé par le Pr Bruno Lina, un des conseillers scientifiques du gouvernement dans sa lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Une fois piégées, les particules Covid deviennent inertes au bout de 48 heures, ce qui facilite la maintenance des appareils, a également déterminé l’étude rendue publique par la région. En octobre, Laurent Wauquiez avait mobilisé 10 millions d’euros pour installer des purificateurs d’air dans les écoles et lycées d’Auvergne Rhône-Alpes.

Installés dans les cantines en priorité

Sur cette enveloppe, 3,4 millions d’euros ont été consommés à ce jour, permettant de financer 2.407 appareils. Ce qui correspond à un coût moyen de 1.400 euros par appareil. Convaincu de la pertinence de sa stratégie pour éviter une extension de l’épidémie via les salles de classe, l’ancien patron des Républicains a dégagé 184.000 euros pour financer cette étude, menée par le consortium public-privé Virpath et Virhealth dans un laboratoire de haute sécurité (P3) du pôle de compétitivité dédié à la santé Lyonbiopôle. Selon lui, c’est la première du genre en Europe.

« Suite à la présentation de ces conclusions, cette solution va être déployée dans plusieurs établissements publics de la région et offre ainsi une nouvelle arme pour limiter la propagation du virus », se sont réjouis les deux laboratoires. Laurent Wauquiez a précisé que, dans sa région, les purificateurs d’air avaient été installés en priorité dans les cantines, « lieux de brassage où on est sans masque, la bouche ouverte ». Il faut, selon lui, en moyenne quatre ou cinq de ces appareils pour équiper une cantine. Il a fait cette remarque alors que le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué la possibilité de fermer les cantines scolaires pour freiner l’extension du virus.

Regrettant que « tant de temps ait été perdu », alors que des pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou l’Espagne ont misé sur cette technologie, le président LR a réclamé que, « sur la base de ce rapport qui montre l’utilité incontestable de ces outils, notre pays se lance enfin dans la purification de l’air ». D’autant, qu’a-t-il noté, les purificateurs d’air pourraient faire partie de la solution pour rouvrir cafés, restaurants et salles de spectacles.

Les filtres testés dans cette étude sont fabriqués dans le Cantal par le groupe suédois Camfil. Le leader français du petit électroménager Seb produit également ses filtres en France, s’est félicité Laurent Wauquiez, alors que la disponibilité sur le marché français d’équipements anti-Covid a souvent pesé dans la lutte contre l’épidémie.