Assemblée nationale : Des députés préconisent la création d'un musée d'histoire de la colonisation

RACISME Selon ces députés, placer cette histoire de France dans un musée permettrait de ramener « un peu de sérénité » dans le débat

20 Minutes avec AFP

— 

La députée Caroline Abadie, à l'Assemblée le 17 janvier 2018.
La députée Caroline Abadie, à l'Assemblée le 17 janvier 2018. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Et si la France se dotait d’un musée d’histoire de la colonisation ? C’est la conclusion d’un rapport parlementaire présenté ce mercredi par des députés, qui alertent sur un niveau de racisme « extrêmement préoccupant » dans le pays.

« Toutes les histoires de France doivent être assumées », a souligné Caroline Abadie, députée LREM et rapportrice de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur « l’émergence et l’évolution des différentes formes de racisme et les réponses à y apporter ». Ces histoires, notamment « celles qui font polémiques », « pourraient être utilement regroupées dans un musée », afin qu’elles « puissent trouver un peu de sérénité », a-t-elle souligné lors d’une visioconférence de presse.

57 propositions

« On a donc pensé à créer un musée » de l’histoire de la colonisation qui pourrait « être à la fois numérique et itinérant », a-t-elle précisé, un musée « posé dans une grande ville de France » ne « permettant pas de parler à l’ensemble des Français ». Au total, le rapport de la mission d’information, fruit de près de dix mois de travaux et d’une centaine d’heures d’audition, émet 57 préconisations qui doivent permettre d’apporter une « réponse universaliste déterminée » au niveau « extrêmement préoccupant » du racisme et de l’antisémitisme en France.

« La France a un arsenal juridique et judiciaire relativement puissant, mais ça ne suffit toujours pas puisque malheureusement les actes à caractère raciste, antisémite, violents sont encore trop nombreux », a relevé le député LR Robin Reda, qui a présidé la mission d’information. Outre le musée d’histoire du colonialisme, les députés appellent à ériger dans l’espace public des stèles en hommage « aux héros qui ont pu lutter contre l’esclavage et la colonisation ».

Faciliter les plaintes en ligne pour racisme

Parallèlement, le nombre de postes de professeurs et de maîtres de conférences dédiés aux sujets des génocides, de l’esclavage et de la colonisation, doit être revu à la hausse, estime la mission d’information. Concernant le volet pénal, le rapport préconise une hausse des moyens humains dont disposent les « référents égalité diversité » dans les rangs des forces de l’ordre.

Face au « sous-signalement » des faits racistes, la plainte en ligne devrait être « plus largement développée » et le contrôle du cadre légal des contrôles d’identité doit être envisagé. Enfin la mission recommande de porter « une attention spécifique » à la lutte contre le racisme anti-Roms dans le prochain plan pluriannuel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, et de relever la dotation annuelle de la délégation à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT à 10 millions d’euros.