Vaccination : L’UE obtient quatre millions de vaccins BioNTech-Pfizer supplémentaires en mars

PANDEMIE L’Europe s'inquiète de la montée des contaminations dans certains points chauds de l'UE

20 Minutes avec AFP
— 
Le vaccin Pfizer BioNTech (image d'illustration).
Le vaccin Pfizer BioNTech (image d'illustration). — SOPA Images/SIPA

Des doses supplémentaires pour l’Europe. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé ce mercredi l’arrivée de quatre millions de doses supplémentaires du vaccin BioNTech pour les pays de l’Union européenne.

Ces doses seront disponibles « avant la fin du mois » en plus des livraisons déjà prévues, et distribuées au prorata de la population des Etats membres, est-il précisé dans un communiqué. « Cela aidera les Etats membres dans leurs efforts pour maîtriser la propagation des nouveaux variants » du virus et contribuera « à rétablir la libre circulation des biens et des personnes », s’est félicité Ursula von der Leyen.

Une montée en puissance attendue

La Commission se dit préoccupée par plusieurs « points chauds » dans l’UE en matière de contaminations, comme « le Tyrol en Autriche, Nice et la Moselle en France, Bolzano en Italie et certaines parties de la Bavière et de la Saxe en Allemagne ». De nombreux Etats membres ont aussi vu le nombre d’infections et d’hospitalisations augmenter ces dernières semaines, ce qui a conduit certains d’entre eux à imposer de nouveaux contrôles aux frontières.

La Commission avait annoncé début février attendre la livraison d’environ 55 millions de doses en mars, un chiffre non révisé. Elle table sur une montée en puissance des livraisons de vaccins au deuxième trimestre, avec 300 millions de doses, soit 100 millions par mois en moyenne, selon des estimations d’Ursula von der Leyen dévoilées dans la presse allemande lundi.

Trois vaccins ont déjà été approuvés par l’UE, et celui de Johnson & Johnson devrait recevoir courant mars le feu vert de Bruxelles. AstraZeneca s’est engagé à livrer 180 millions de doses aux Européens au deuxième trimestre, tandis que Pfizer-BioNTech doit en fournir au moins 75 millions selon un accord additionnel signé avec Bruxelles, en plus de volumes non connus figurant dans le premier contrat. Les chiffres pour Moderna ne sont pas connus.