Occitanie : Les budgets participatifs font la part belle aux projets environnementaux

DEMOCRATIE L'écologie est souvent le thème le plus primé dans ces dispositifs en plein essor

Nicolas Bonzom
— 
L'enlèvement de déchets dans des espaces naturels a été retenu par le départements de l'Hérault et de l'Aude, l'année dernière (illustration)
L'enlèvement de déchets dans des espaces naturels a été retenu par le départements de l'Hérault et de l'Aude, l'année dernière (illustration) — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Nombreuses sont les collectivités qui mettent en place des budgets participatifs.
  • C'est le thème de l'environnement qui est le plus présent, parmi les idées proposées par les citoyens dans le cadre de ces dispositifs de démocratie participative.
  • Il peut aussi y avoir des différences, dans les projets, entre la ville et la campagne.

Les budgets participatifs fleurissent, ces dernières années. De nombreuses collectivités offrent à leurs contribuables la possibilité de porter les projets qui leur tiennent à cœur. Le département de l’Hérault a lancé son deuxième budget du genre : les habitants ont jusqu’au 20 avril pour poster leurs idées sur la plate-forme jeparticipe.herault.fr. « Cela permet de faire remonter les idées des citoyens, et de les mettre en action, que ce ne soit pas toujours les gouvernances qui pensent, réfléchissent et agissent », confie Julie Garcin-Saudo (PS), élue à l’égalité des chances et à la citoyenneté.

Une commission citoyenne se réunira pour sélectionner les projets les plus pertinents, et les Héraultais seront invités à voter pour les meilleurs. Les lauréats verront leurs rêves se réaliser l’année prochaine. Et pour avoir une chance d’être choisi, il faut, d’abord, respecter quelques règles basiques : le projet doit être réalisable techniquement, financièrement et juridiquement et doit « bénéficier à l’intérêt collectif », note l’élue.

Une majorité de projets environnementaux dans l’Hérault

Si les projets sont divers, voire insolites (photographier le patrimoine du Pic Saint-Loup depuis des cerfs-volants, par exemple), c’est, souvent, les mêmes thèmes qui attirent l’attention des votants. « Pour le premier budget participatif, il y avait une majorité de projets portant sur le développement durable, l’écologie, l’environnement », note l’élue. Pas moins de 45 % des idées proposées relevaient de cette thématique. Et, sur les 50 projets lauréats, 20 étaient tournés vers l’écologie, et se sont partagé une enveloppe de 613.500 euros. Parmi eux, les Sentinelles de la rivière, une association de kayakistes qui débarrassent le Lez des déchets. Ou l’installation de nichoirs dans les clochers des églises, pour favoriser le retour des chouettes dans les villages. Parmi les autres thèmes porteurs, les mobilités douces, la solidarité ou encore la lutte contre la précarité.

Dans l’Aude, le budget participatif a, en 2020, fait lui aussi la part belle à des demains plus verts, avec la création d’une passerelle à écureuils sur les routes, ou le nettoyage de la Berre, où s’entassent des tas de déchets. Le département s’était d’ailleurs engagé à offrir 300.000 euros à des projets à vocation environnementale.

Améliorer le quotidien des habitants dans les territoires plus ruraux

Cette prépondérance des projets environnementaux, témoin d’une prise de conscience collective de ces enjeux, n’étonne pas Antoine Bézard, fondateur de la plate-forme lesbudgetsparticipatifs.fr. « De plus en plus de collectivités mettent même en place des budgets participatifs entièrement dédiés à la question de l’environnement et du développement, mais aussi aux sujets connexes, comme le vélo », confie cet expert.

Dans l’Aude, où la ruralité est forte, de nombreux lauréats avaient aussi l’ambition d’améliorer un peu le quotidien des habitants : offrir des séances de films récents dans les petites salles des villages, créer une salle de musculation dans un lycée, un bus itinérant dans lequel les adolescents pourront bénéficier d’un soutien psychologique ou un « fab lab » pour initier les habitants à la fabrication numérique.

Les aires de jeux, championnes des budgets participatifs

A Clapiers (Hérault), un village de 5.500 habitants, qui a lancé son premier budget participatif en 2017, c’est aussi l’équipement de la commune qui prime : le dispositif a permis d’installer du mobilier en bois dans la cour de l’école, et d’agrandir une aire de pour les enfants. « Les aires de jeux sont les projets le plus votés en France, que ce soit dans des grandes villes ou dans de petits villages », reprend Antoine Bézard.

Mais, à la ville et la campagne, les idées mises en œuvre dans ces budgets sont parfois un peu différentes. « Des services publics, il y en a moins dans les campagnes, alors le budget participatif est une opportunité de les faire revenir », note-t-il.

Il y a un autre facteur qui donne aux budgets participatifs une tonalité particulière : les votants. « Avant, il y avait des conseils de quartiers, avec des messieurs souvent assez âgés, note Antoine Bézard. C’était un peu l’antichambre du conseil municipal. Les budgets participatifs, eux, font intervenir des personnes plus jeunes, dont de nombreux parents, et beaucoup plus de femmes. Et cela a une véritable influence sur les projets. Une personne plus âgée, n’aura sans doute pas les mêmes attentes qu’une maman, par exemple, qui aura sans doute envie que ses enfants puissent jouer dans son quartier. »