Ille-et-Vilaine : A Cancale, la pointe du Grouin veut garder ses visiteurs plus longtemps

TOURISME Le deuxième site naturel le plus visité de Bretagne va faire l’objet d’un programme de réaménagement

Jérôme Gicquel
— 
La pointe du Grouin à Cancale accueille chaque année environ 600.000 visiteurs.
La pointe du Grouin à Cancale accueille chaque année environ 600.000 visiteurs. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Avec 600.000 visiteurs en moyenne chaque année, la pointe du Grouin est le deuxième site naturel le plus visité de Bretagne après la pointe du Raz.
  • Les touristes qui découvrent le promontoire rocheux ne restent cependant pas bien longtemps sur le site, au grand dam des élus.
  • Un chantier d’aménagement du site va démarrer début avril afin de mieux accueillir le public tout en préservant l’environnement.

Le site offre par temps clair un panorama magnifique sur la baie du Mont-Saint-Michel et sur le littoral de la côte d’Émeraude jusqu’au Cap Fréhel. Avec 600.000 visiteurs en moyenne chaque année, la pointe du Grouin à Cancale est le deuxième site naturel le plus visité de Bretagne après la pointe du Raz (Finistère). Le promontoire rocheux attire donc du monde, et encore plus lors des départs de la Route du Rhum tous les quatre ans, mais pas assez longtemps.

C’est en tout cas le constat dressé par les élus du département d’Ille-et-Vilaine qui ont commandé il y a quelques années une étude sur la fréquentation du site. « Les gens restent en moyenne moins d’une demi-heure, le temps de se balader un peu et de prendre quelques photos », souligne Marc Hervé, conseiller départemental chargé des espaces naturels sensibles. Pour prolonger un peu la visite, les élus ont donc planché sur un scénario afin de faciliter l’accueil du public tout en préservant l’environnement. Cela passe par un réaménagement du site avec un chantier, chiffré à 4,6 millions d’euros, qui débutera début avril.

Eviter le stationnement anarchique

Si la gratuité sera maintenue, contrairement à d’autres sites naturels qui ont opté pour un parking payant, le stationnement va être totalement réorganisé. Le petit parking situé au pied du sémaphore sera ainsi supprimé tandis que le parking principal situé à l’entrée du site va être reculé un peu plus au sud. « Il y aura 220 places pour les voitures et 36 places pour les camping-cars qui avaient parfois tendance à stationner de manière anarchique », précise Marc Hervé.

Un espace sera aussi aménagé pour les cyclistes, avec des casiers mis à leur disposition, ainsi qu’un giratoire pour fluidifier la circulation et permettre aux cars de déposer leur flot de touristes. De là, les visiteurs pourront emprunter un chemin de crête qui offrira une vue globale sur le joyau naturel. « Le parking actuel étant sur la façade est, les touristes ne restent souvent que sur ce versant qui donne sur la baie du Mont-Saint-Michel et ne font pas forcément le tour du site », poursuit l’élu.

Des belvédères pour profiter de la vue

Pour profiter au mieux de la vue, un belvédère verra le jour sur le toit du blockhaus. Un second sera également aménagé encore plus au nord afin de matérialiser la fin du chemin piétonnier.

« On se doit de sécuriser le site car il y a déjà eu des accidents et aussi de le préserver en essayant de limiter le piétinement de la flore », conclut Marc Hervé. Prévu pour durer jusqu’en 2024, le chantier se mettra en pause à chaque période estivale pour ne pas entraver la fréquentation du site.