Des emballages de baguette pour lutter contre les violences conjugales

PREVENTION Chaque année, 6 milliards de baguettes sont consommées en France. Le collectif #NousToutes, après une première initiative à Noisy-le-Sec, a décidé de faire du pain un vecteur de lutte contre les violences conjugales

R.L.

— 

Les emballages de pain pour lutter contre les violences conjugales.
Les emballages de pain pour lutter contre les violences conjugales. — #NousToutes
  • En novembre dernier, la maire de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) a eu l’idée d’imprimer des messages de prévention concernant les violences conjugales sur les emballages de pain.
  • Le collectif #NousToutes lui a emboîté le pas pour diffuser l’initiative au niveau national. 615.000 emballages sont en cours d’impression.

Et si des baguettes de pain permettaient de lutter contre les violences sexistes et sexuelles ? En novembre dernier, la mairie de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) a eu l’idée d’imprimer des messages de prévention des violences au sein du couple sur des emballages de baguette, distribués dans les boulangeries de la ville. Le collectif #NousToutes a décidé d’aller plus loin en créant une cagnotte pour que la démarche se fasse au niveau national.

« Les boulangeries constituent un lieu stratégique pour prévenir efficacement les violences. Chaque année 6 milliards de baguettes de pain sont consommées. La boulangerie reste l’un des rares lieux où nous nous rendons encore malgré les restrictions liées à la crise sanitaire », indique le collectif. Et de préciser : « La baguette, ce produit du quotidien peut ainsi se convertir en un instrument utile pour toucher les femmes victimes de violences, même les plus isolées, et sensibiliser plus largement la population. »

« 615.000 emballages sont en cours d’impression »

L’emballage est ainsi composé d’un côté du « violentomètre », un outil de prévention mis en place par la Ville de Paris, le département de la Seine-Saint-Denis et l’association « En Avant Toutes ». Il permet d’évaluer le degré de violence dans une relation à partir d’exemples concrets du quotidien. L’autre face affichera les numéros utiles à destination des personnes victimes de violences. La cagnotte qui avait pour objectif de réunir 14.000 euros pour l’impression de 300.000 emballages a déjà permis de récolter ce 8 mars, 28.500 euros.

Des milliers de sacs vont ainsi prochainement être distribués dans les boulangeries. « 615.000 emballages sont en cours d’impression. Tous les départements seront concernés. La distribution débutera dans deux semaines », indique-t-on au sein du collectif contacté par 20 Minutes. Le but : toucher plus d’un million de personnes. Et pour cause.

« 225.000 femmes sont victimes de violences conjugales chaque année et que les signalements sur la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr ont augmenté de 60 % lors du deuxième confinement, il y a urgence. Si le gouvernement ne veut pas dédier les moyens nécessaires pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, on agit ! », rappelle le collectif.