Attentats du 13-Novembre : Un Algérien soupçonné de complicité, visé par une enquête en Italie

TERRORISME Il est soupçonné d’avoir fourni de « faux papiers » aux auteurs des attaques du 13 novembre 2015

20 Minutes avec AFP

— 

Une procédure lancée en Italie contre un Algérien de 36 ans, potentiellement complice dans les attentats du 13 novembre en France. (Illustration)
Une procédure lancée en Italie contre un Algérien de 36 ans, potentiellement complice dans les attentats du 13 novembre en France. (Illustration) — CELINE BREGAND/SIPA

Une procédure a été ouverte ce lundi par la police italienne à l’encontre d’un Algérien de 36 ans, membre présumé de Daesh. « Les investigations ont permis de constater – grâce à une large coopération internationale – la proximité du suspect avec les milieux radicaux d’inspiration djihadiste », a indiqué la police de Bari (Pouilles, sud) dans un communiqué.

L’enquête a également établi « son activité directe de soutien aux auteurs des attentats terroristes du Bataclan, du Stade de France et des attaques armées (…) survenus à Paris le 13 novembre 2015, auteurs auxquels il a fourni de faux papiers », a-t-il été précisé. Le quotidien La Repubblica identifie le suspect comme Athmane Touami, actuellement incarcéré pour détention de faux papiers. Il devait sortir de prison en juin.

En contact avec Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi

Toujours selon le journal, il faisait partie d’une cellule de Daesh opérant en France et en Belgique, ainsi que ses deux frères. Il aurait également eu des contacts avec Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi, auteurs – avec Saïd Kouachi – des attentats de janvier 2015 contre le journal satirique Charlie Hebdo, contre des policiers et contre une épicerie casher.

Le procureur de la République de Bari doit tenir à 9h45 une conférence de presse conjointe avec les enquêteurs, le Service de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme extérieur de la police nationale et une section spécialisée de la police de Bari.