Chevaux : Une virulente épidémie de rhinopneumonie équine sévit de nouveau en France

MESURES SANITAIRES Cette maladie contagieuse provoque chez les chevaux de fortes fièvres, des symptômes respiratoires et neurologiques, et dans certains cas, la mort de l'animal

20 Minutes avec AFP

— 

Des chevaux dans un enclos.
Des chevaux dans un enclos. — THOMAS SAMSON / POOL / AFP

Une épidémie frappe le monde équin de plein fouet cet hiver. Il s’agit de la rhinopneumonie équine, qui peut gravement affecter les chevaux. Le réseau d’épidémio-surveillance en pathologie équine (Respe) recommande à la filière de prendre des mesures sanitaires préventives.

Très contagieuse, la myeloencéphalite – EHV1 (rhinopneumonie), dont le premier cas a été détecté à Valence, en Espagne, fin février, provoque de fortes fièvres et des symptômes neurologiques. En France, plusieurs foyers ont été confirmés dans des écuries de chevaux rentrant de Valence, dans les départements du Calvados, Haute-Savoie, Hérault et Seine-et-Marne.

Les compétitions suspendues

D’autres sont en cours d’investigation dans d’autres départements, signale le Respe dans un communiqué précisant que « les équidés présentent majoritairement des symptômes respiratoires, ou uniquement de l’hyperthermie ». « Quelques animaux ont développé des signes neurologiques, mais aucun mort n’a été signalé pour l’heure sur le territoire », précise le réseau de veille sanitaire.

Le monde du cheval qui subit déjà de plein fouet la crise sanitaire du Covid-19, « doit maintenant faire face à cette épidémie qui vient de frapper brutalement certains chevaux français et étrangers en compétition en Europe », s’alarme la Fédération française d’équitation (FFE) dans un communiqué.

Pour juguler l’épidémie, la FFE, de concert avec la Société Hippique Française et la Fédération équestre internationale, a suspendu toutes les compétitions ainsi que les stages et rassemblements d’équidés placés sous leur égide, jusqu’au 28 mars inclus.