Loi « séparastime » : Dix mosquées fermées en Ile-de-France

CONTROLES Les fermetures de ces mosquées d’Ile-de-France sont pour différentes raisons : la non-conformité avec des normes de sécurité, dans le cadre d’une procédure judiciaire ou pour un lien avec une activité terroriste

F.H. avec AFP

— 

Vue intérieur de la mosquée de Pantin. (Archives)
Vue intérieur de la mosquée de Pantin. (Archives) — JACQUES DEMARTHON / AFP

Dix mosquées fermées en Ile-de-France pour trois raisons différentes. Les lieux de culte du Pré-Saint-Gervais, de Sevran et de Neuilly-Plaisance en Seine-Saint-Denis, ceux de Villeneuve-Saint-Georges, Vitry-Sur-Seine et Montmagny dans le Val-de-Marne, et ceux de Goussainville et Villiers-le-Bel dans le Val-d’Oise ont été fermés pour non-conformité avec des normes de sécurité. Pour rouvrir, ils vont devoir se mettre en conformité. Dans le cadre de « procédures judiciaire ou administrative », la mosquée de Bobigny a été fermée alors que celle de Pantin est close pour « lien avec une activité terroriste » après l’assassinat de Samuel Paty.

Dans les prochaines semaines dans 33 départements, 89 autres mosquées soupçonnées de « séparatisme » vont être contrôlées, a annoncé mercredi Gérald Darmanin au Sénat. Des contrôlés qui interviennent après l’entrée en vigueur de la loi « confortant le respect des principes de la République » qui prévoit un élargissement des motifs de fermeture des lieux de culte. L’article 44 de ce texte instaure une procédure de fermeture pour deux mois par les autorités étatiques des lieux de culte théâtres de propos, idées, théories, activités incitant à la haine ou à la violence, ou tendant à les encourager.

2.500 lieux de cultes musulmans en France

Avant ces contrôles prévus, 17 mosquées ont déjà fermé « ces dernières semaines » dont dix en Ile-de-France. Par ailleurs, « dix lieux de culte soupçonnés de séparatisme » sont actuellement « fermés en raison de la crise sanitaire ou pour travaux », a détaillé le ministère.

Tous ces lieux de culte pourront faire l’objet de « nouveaux contrôles » après l’entrée en vigueur de la loi et de ses nouvelles dispositions, selon le ministère. Il y a « 2.500 lieux de culte musulmans en France », a dit mercredi le ministre de l’Intérieur.