Vaccination : « Face à l’urgence », les pompiers sont prêts à donner un coup de main

PANDEMIE Pour l’instant, trois millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin anti-Covid en France, et la moitié d’entre elles ont eu leur seconde dose

20 Minutes avec AFP

— 

Vaccination : « Face à l’urgence », les pompiers sont prêts à donner un coup de main (Illustration)
Vaccination : « Face à l’urgence », les pompiers sont prêts à donner un coup de main (Illustration) — Action Press//SIPA

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a assuré ce mercredi « être prêt(e) à apporter (son) concours » afin d’accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19, alors que le gouvernement vise une première vaccination pour six millions de Français fin mars.

La fédération propose, dans un communiqué, « un apport de savoir-faire et de moyens techniques et logistiques », grâce à ses plus de 6.200 centres de secours répartis sur l’ensemble du territoire. Elle souligne également la capacité de ses « membres du service de santé » à réaliser directement les actes de vaccination ainsi qu’à participer à la formation des autres pompiers.

Une vaccination élargie à deux millions de personnes

« Face à l’urgence, les sapeurs-pompiers sont prêts et se tiennent à disposition des autorités », a assuré la FNSPF. La France a dépassé les trois millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin, 1,6 million d’entre elles ayant été vaccinées avec deux doses, en majorité des personnes âgées et des soignants, selon les dernières données publiées mardi par le ministère de la Santé.

Le gouvernement a étendu au maximum mardi la vaccination contre le Covid-19, en rendant éligibles deux millions et demi de personnes supplémentaires avec l’élargissement des critères pour bénéficier du vaccin AstraZeneca.

L’exécutif compte sur l’accélération de la campagne de vaccination pour envisager un éventuel assouplissement des restrictions actuellement en place pour contenir l’épidémie, le président de la République Emmanuel Macron appelant les Français à « tenir » encore « quatre à six semaines ».