Coronavirus à Paris : Anne Hidalgo juge « inhumain » un possible confinement le week-end dans la capitale

EPIDEMIE Anne Hidalgo a réitéré son opposition à un confinement le week-end à Paris, une option « difficile, dure, voire inhumaine »

R.L. avec AFP

— 

Anne Hidalgo le 29 octobre 2020
Anne Hidalgo le 29 octobre 2020 — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Après avoir rencontré les élus locaux la préfecture de police et l’Agence régionale de santé (ARS), la maire de Paris, Anne Hidalgo a tenu un point presse rapide sur la situation sanitaire ce lundi après un couac retentissant. « L’hypothèse » formulée jeudi par son premier adjoint Emmanuel Grégoire de reconfiner la capitale pendant trois semaines pour « avoir la perspective de tout rouvrir » à son issue avait en effet suscité de fortes critiques dans l’opposition municipale comme au gouvernement, le Premier ministre Jean Castex évoquant des « fadaises ».

Anne Hidalgo s’est donc montrée plus prudente, égrainant quelques propositions sur d’éventuelles nouvelles mesures anti-Covid. Dans le même temps, elle a réitéré son opposition à un confinement le week-end à Paris, une option « difficile, dure, voire inhumaine ».

Des lieux pour « réviser au calme »

Anne Hidalgo a donc mis l’accent sur la prévention, les tests, tout en prônant l’accès aux espaces publics pour la population tout en demandant que le rythme de vaccination soit multiplié par quatre.

Allant complètement à l’encontre de « l’hypothèse » d’un reconfinement de trois semaines évoquée par Emmanuel Grégoire, son premier adjoint, elle a, au contraire, défendu la possibilité pour les Parisiens de sortir : « Plus on restreint les espaces publics et les temps d’aération pour les familles, moins on lutte contre le Covid », a-t-elle assuré.

« C’est ce que nous avons appris du premier confinement, à l’extérieur on a moins de risques d’attraper le Covid dès lors que l’on porte un masque et que l’on est respectueux des gestes barrières », a-t-elle affirmé.

« Faire cours fenêtres ouvertes »

Les parcs, jardins et les voies sur berge, pourtant évacuées dimanche par les forces de l’ordre, sont « des lieux indispensables pour respirer dans notre ville », a-t-elle insisté, soulignant que « les Parisiennes et les Parisiens sont exemplaires depuis douze mois (…). Mais un an après, la lassitude s’installe, il nous faut un horizon ».

Pour faire face à l’épidémie, elle a proposé « aux enseignants de faire cours fenêtres ouvertes en profitant notamment du retour des beaux jours ». « Je propose aussi à l’Education nationale de permettre aux enseignants de faire classe en extérieur toutes les fois que cela sera possible. »

Accélération de la vaccination réclamée

Anne Hidalgo a également demandé que « les tests salivaires nous permettent de tester plus vite et plus massivement les enfants des écoles touchées par le Covid » et que « ce dépistage soit répété tous les 15 jours ».

La maire de la capitale a également appelé à une accélération de la vaccination. « Fin mars, au rythme actuel, seul un quart des Parisiens de plus de 75 ans aura reçu deux doses de vaccins. J’ai demandé à l’ARS, au préfet de police et au préfet de région, que nous puissions multiplier par quatre les quantités de vaccins dans la métropole parisienne », a-t-elle affirmé.