Marseille : Des baigneurs se jettent dans le bassin du MuCEM pour dénoncer le manque de piscine

A L'EAU Une dizaine de baigneurs ont plongé dans le bassin du MuCEM ce lundi après-midi pour dénoncer la pénurie de piscines à Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

Après 2013, le MuCEM sera à nouveau mis à l'honneur.
Après 2013, le MuCEM sera à nouveau mis à l'honneur. — Jose Nicolas
  • Des baigneurs ont plongé dans le bassin du MuCEM à Marseille pour dénoncer le manque de piscines dans la ville.
  • Selon un rapport de la Cour des comptes, le ratio de piscine à Marseille est six fois inférieur à la moyenne nationale.

Un plongeon pour dénoncer le manque de piscine. Une dizaine de baigneurs ont sauté dans le bassin qui entoure le célèbre musée marseillais du Mucem, lundi après-midi, pour demander son aménagement en piscine publique, dans une ville « sous-équipée ».

« L’été venu, les enfants du centre-ville, souvent privés de vacances, viennent nombreux braver l’interdit de baignade, mais régulièrement, la police les fait sortir de l’eau », a accusé Alain Ferrero, membre de l’association Les libres nageurs, organisatrice de cette baignade sauvage. Regrettant un accès réduit à la mer pour les habitants des quartiers nord, les quartiers populaires de Marseille, qui comptent parmi les pauvres d’Europe.

55 % des petits Marseillais ne savent pas nager

« Ici, au lieu d’un cimetière à bateaux, nous voulons une école de nage, ce bassin ferait un formidable lieu de baignade », ont insisté les organisateurs de cette opération, sous un large soleil mais dans une eau fraîche (environ 15 degrés), en pointant ces « bateaux-ventouses » qui monopolisent le bassin.

Dans un rapport publié en 2018, les magistrats de la Cour des comptes avaient pointé un ratio de piscine par habitant à Marseille « six fois inférieur à la moyenne nationale ». « C’est une honte », a reconnu auprès de l’AFP Sébastien Jibrayel, adjoint aux Sports de la nouvelle municipalité de gauche. « En 20 ans, huit bassins ont disparu à travers la ville », a regretté l’élu, en précisant que Marseille compte aujourd’hui 14 piscines pour environ 860.000 habitants.

Conséquence de cette pénurie de bassins : selon les tests pratiqués à l’entrée en classe de sixième et diffusés par l’académie en 2013, 55 % des petits Marseillais ne savaient pas nager à leur entrée au collège, avec de fortes disparités entre les quartiers pauvres du Nord de la ville et ceux riches du Sud. Selon Sébastien Jibrayel, un rapport du ministère des Sports de 2009 avait préconisé 30 m2 de piscine pour 1.000 habitants : mais en 2016, les chiffres étaient d’à peine 6 m2 pour 1.000 habitants à Marseille, et même 4,3 m2 seulement dans les quartiers nord. « C’est irrespectueux », a-t-il concédé.