Toulouse : Ils vont naviguer sur le lac Victoria sur un bateau en plastique recyclé

SOCIETE Dans le cadre du projet Flipflopi, trois Toulousains d’une agence audiovisuelle vont sensibiliser à la pollution en Afrique sur ce bateau construit avec du plastique recyclé

Julie Rimbert

— 

Le bateau de l'expédition Flipflopi a été construit avec des déchets plastiques ramassés sur les plages.
Le bateau de l'expédition Flipflopi a été construit avec des déchets plastiques ramassés sur les plages. — The Flipflopi
  • Du 4 au 30 mars, trois membres d’une agence audiovisuelle toulousaine vont parcourir le lac Victoria, en Afrique, sur un bateau construit pendant deux ans avec des déchets plastiques ramassés sur les plages.
  • L’objectif du projet Flipflopi est d’aller à la rencontre des habitants, des écoliers, des chefs d’entreprise pour plaider en faveur de solutions positives afin de réduire le plastique et promouvoir une économie circulaire.
  • Les Toulousains vont publier du contenu vidéo, des photos et des textes de leur périple afin de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux.

C’est une drôle d’embarcation, à la coque bariolée, sur laquelle vont naviguer Louise Bosser, Elian Perrot et Loïc Forques, de l’agence audiovisuelle toulousaine Umber. Du 4 au 30 mars, ces trois jeunes originaires de la Ville rose vont parcourir le lac Victoria, en Afrique, sur un bateau construit essentiellement à partir de déchets plastiques.

L’objectif de cette expédition, baptisée le Flipflopi est d’aller à la rencontre des habitants, des écoliers, des chefs d’entreprise pour plaider en faveur de solutions positives afin de réduire le plastique et promouvoir une économie circulaire.

Contenu vidéo, photo et texte

Les trois apprentis marins vont ainsi naviguer sur le lac Victoria, le plus pollué du monde, à travers le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie. « Le bateau, long de dix mètres, a été construit par une équipe du projet au Kenya, pendant deux ans, explique Louise Bosser. La coque du bateau est, par exemple, faite avec des tongs ramassées sur la plage. Il y avait déjà eu une expédition de Flipflopi il y a deux ans mais en Afrique de l’ouest et sur un plus petit bateau ».

Les Toulousains vont publier du contenu vidéo, des photos et des textes de leur périple, qui seront partagés sur les réseaux sociaux et le site de leur agence afin de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux. Près de 300 écoles sont d’ores et déjà inscrites pour suivre leur expédition.

Un projet soutenu par l’ONU

Le projet du Flipflopi est notamment soutenu par l’Agence Française de Développement et le programme environnemental de l’ ONU, qui a financé une partie de sa construction. Au total, une quinzaine de personnes vont constituer l’équipage, dont le navigateur français Eric Loizeau.

« En rencontrant des acteurs africains sur ces sujets de pollution plastiques et de réutilisation du plastique, nous voulons mettre la pression sur les décideurs politiques, souligne Louise Bosser. Nous n’attendons pas que leur gouvernement agisse mais montrer qu’il y a des personnes qui prennent le sujet en main et susciter le débat ». L’expédition compte 21 escales et 895 kilomètres de navigation.