Lyon : Peu convaincus par les annonces de Laurent Wauquiez, les étudiants de l'Unef manifestent devant le conseil régional

PRECARITE ETUDIANTE Une dizaine de militants du syndicat Unef ont dénoncé les annonces, faites ce lundi par Laurent Wauquiez, pour lutter contre la précarité étudiante

C.G.

— 

Une poignée d'étudiants a manifesté ce mardi devant le conseil régional d'Auverge Rhône-Alpes.
Une poignée d'étudiants a manifesté ce mardi devant le conseil régional d'Auverge Rhône-Alpes. — Unef Lyon

Des mesures qu’ils jugent insuffisantes, voire inefficaces. Une dizaine d’étudiants du Syndicat Unef ont manifesté ce mardi devant le conseil régional d' Auvergne Rhône-Alpes en réaction aux annonces faites, la veille, par Laurent Wauquiez.

Le président LR de la région a détaillé une série de mesures qu’il entendait déployer sur le territoire pour lutter contre la précarité étudiante, accentuée par la crise sanitaire actuelle. Parmi lesquelles le déblocage d’une enveloppe de 200.000 euros allouée aux réseaux des épiceries solidaires afin qu’elles puissent renforcer leur distribution de repas.

Epiceries solidaires et cellule psychologique

« Cette somme correspond à moins de 0,60 d’euros par étudiants. La distribution, qui ne sera pas financée, reposera sur le bénévolat des étudiants », tacle le syndicat, peu convaincu également par la promesse de la région de fournir (à la demande) des blouses de protection et des tests antigéniques lors de futures campagnes de dépistage qui seront organisées sur les campus et universités du territoire. « Aucun moyen n’est prévu pour organiser le dépistage », répond l’Unef.

Par ailleurs, Laurent Wauquiez a annoncé l’ouverture d’une cellule psychologique à l’échelle de la région et à destination des étudiants. Il s’est également engagé à ce que la Région se substitue à l’Etat pour encadrer les jeunes, qui avaient été autorisés à entrer en CFA sans contrat d’apprentissage. Ce système se termine à la fin du mois de février. La Région assurera qu’elle prendra à sa charge la protection sociale et le coût de la scolarité afin de maintenir leur accueil en CFA jusqu’au mois de juin. Ce qui concerne 2.000 apprentis en Auvergne-Rhône-Alpes.