La route du poisson entre Boulogne-sur-Mer et Paris va renaître pour la seconde fois

PATRIMOINE Neuf ans après sa disparition, la course d’attelages de chevaux de trait baptisée « la route du poisson » sera de nouveau organisée en septembre prochain entre Boulogne-sur-Mer et Paris

Mikaël Libert

— 

Cette course d'attelage met en valeur les boulonnais, une race de chevaux de trait du Pas-de-Calais (illustration).
Cette course d'attelage met en valeur les boulonnais, une race de chevaux de trait du Pas-de-Calais (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Abandonnée en 2012, la course d’attelages de chevaux de trait « La route du poisson » va renaître en septembre prochain.
  • Une vingtaine d’équipages vont s’affronter sur les 300 km qui relient Boulogne-sur-Mer à Paris.
  • Cette route était utilisée, entre les XIIIe et XIXe siècles pour livrer du poisson frais dans la capitale.

Patrimoine historique et vivant. Fin septembre prochain, il y aura moyen de croiser de drôles de véhicules sur les petites routes entre Boulogne-sur-Mer et Paris. Passionné de chevaux, Thibaut Mathieu a en effet décidé d’offrir une seconde, voire une troisième vie à la course relais d’attelages de chevaux de trait «  La route du poisson ». En 24h, plusieurs équipages suivront l’exact trajet qui était emprunté, entre le XIIIe et le XIXe siècles, par les attelages chargés de livrer le poisson frais dans la capitale.

Pendant des centaines d’années, des chariots tractés par des chevaux de trait ont parcouru, en moins de 24h, les 300 km qui séparaient la ville portuaire de Boulogne-sur-Mer de Paris pour acheminer du poisson frais sur les étals du boulevard Poissonnière et des Halles. L’utilisation de ce moyen de transport a été abandonnée avec l’arrivée du chemin de fer, mi-XIXe. Dès lors, l’avenir du cheval de trait était incertain jusqu’à ce qu’il soit remis à l’honneur en 1991. Le Syndicat hippique boulonnais avait lancé un défi aux autres races de trait françaises et européennes consistant à mettre leurs bêtes en compétition sur le tracé historique de la route du poisson.

Un succès pendant 20 ans jusqu’à l’abandon en 2012

Jusqu’en 2012, la course a été organisée tous les deux ans et rencontrait un succès qui ne se démentait pas. Lors des dernières éditions, entre 300.000 et 400.000 spectateurs répartis le long du parcours assistaient au passage des équipages. L’aventure s’est cependant arrêtée pour des questions de financement 20 ans après sa création. Puis, en septembre 2019, un passionné de chevaux a découvert l’histoire de cette course : « Sans réfléchir très longtemps, j’en ai parlé à deux amis […] également amoureux des chevaux. En quelques jours, tout s’est décidé », explique le président de la nouvelle association « La route du poisson », Thibaut Mathieu.

Il a contacté des anciens de l’édition originale et mis sur les rails son projet de relancer la course. Son idée : empêcher que ne disparaisse ce patrimoine vivant qu’est le cheval de trait, mais aussi « promouvoir le sport équestre, la pêche, les savoir-faire, le patrimoine, la ruralité, la culture, la gastronomie et les produits du terroir ». Rien que ça. Une ambition qui a fait mouche, l’organisateur étant parvenu à mobiliser des institutions et des participants. Vingt équipes, 1.400 concurrents, 500 chevaux, 20 villes traversées, 6.000 bénévoles…

Concrètement, l’événement se déroulera du 20 au 26 septembre. La course d’attelage en elle-même partira de Boulogne le 25, à 6h45. L’équipage le plus rapide est attendu le lendemain, aux alentours de 8h, à Chantilly. La semaine précédant le départ, il y aura de nombreuses animations au Touquet, notamment des épreuves de maniabilité ou de traction. Les écuries seront par ailleurs ouvertes pour admirer les chevaux.