Menus sans viande à Lyon : Pompili regrette « un débat préhistorique »

ALIMENTATION La ministre s’est exprimée pour dénoncer les clichés sur les menus végétariens, à rebours de certains membres du gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, à Lyon, le 11 février 2021.
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, à Lyon, le 11 février 2021. — Bony/SIPA

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a regretté lundi « un débat préhistorique » autour de menus sans viande dans les cantines à Lyon, prenant le contre-pied d’autres membres du gouvernement, tout en prônant la « concertation ».

« Je regrette beaucoup que sur ce sujet, on retombe dans un débat préhistorique », a déclaré la ministre en marge d’un déplacement en Charente-Maritime dans une cantine scolaire. Elle a regretté « des clichés éculés, du type "l’alimentation végétarienne serait une alimentation déséquilibrée", alors qu’on sait que la viande peut être remplacée par du poisson, des œufs, des légumineuses qui apportent toutes les protéines nécessaires ».

Argument contre argument au gouvernement

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie avait lui demandé aux élus locaux à « faire le pari » de la viande de jeunes bovins dans les menus scolaires, afin de soutenir des éleveurs.

« On entend aussi que des enfants de milieux un peu défavorisés mangeraient moins de viande que les autres, des études montrent l’inverse », a poursuivi Barbara Pompili, prenant ainsi le contre-pied du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, pour qui le choix de la mairie écologiste de Lyon d’imposer un menu sans viande dans les cantines scolaires pour répondre à des contraintes sanitaires « exclut les classes populaires ». « On sait que par rapport aux recommandations nutritionnelles, les enfants de moins de 10 ans en moyenne mangent plus de viande que prévu », a insisté la ministre.

« Donner le choix » à la cantine

Ces « clichés » « empêchent d’avoir un vrai débat sur pourquoi on veut mettre en œuvre des menus végétariens », a déploré la ministre de la Transition écologique, rappelant que l’élevage est responsable de 15 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et qu’il contribue fortement à la déforestation.

Le gouvernement porte l’expérimentation de menus végétariens quotidiens dans les cantines scolaires, dans le cadre de la loi Climat et résilience tirée des travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Cette dernière défend « un choix végétarien quotidien dans les self-services à partir de 2022 ». « Sur la méthode (…) ça doit se faire dans la concertation, en faisant des expérimentations, en donnant le choix et c’est la méthode que j’utilise », a encore défendu Barbara Pompili.

La mairie écologiste de Lyon avait indiqué la semaine dernière qu’elle allait proposer un « menu unique sans viande » dans les cantines scolaires de la ville dès la rentrée des vacances de février, un menu unique permettant d’enchaîner plus de services pour compenser la réduction de l’accueil d’enfants en simultané avec la pandémie, a indiqué la mairie.