Disparition de Magali Blandin : Un contexte familial très tendu mais aucun soupçon contre le mari de la mère de famille

DISPARITION La mère de quatre enfants est portée disparue depuis le 11 février à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine)

Camille Allain

— 

D'importantes recherches ont été menées à Montfort-sur-Meu pour tenter de retrouver Magali Blandin, une mère de famille portée disparue depuis le 11 février.
D'importantes recherches ont été menées à Montfort-sur-Meu pour tenter de retrouver Magali Blandin, une mère de famille portée disparue depuis le 11 février. — Gendarmerie d'Ille-et-Vilaine
  • De nouvelles recherches ont été menées à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine) pour tenter de retrouver la trace de Magali Blandin, mère de famille portée disparue depuis le 11 février.
  • L’enquête a permis d’établir que le couple, en instance de divorce, évoluait dans un contexte très tendu.
  • Les enquêteurs précisent qu’aucun soupçon ne pèse pour l’heure sur le mari de la disparue.

Les battues ont continué jusqu’à vendredi et les recherches se poursuivent. Dix jours après la disparition de Magali Blandin, on est toujours sans nouvelle de la mère de famille de 42 ans résidant à Montfort-sur-Meu, à l’ouest de Rennes (Ille-et-Vilaine). De très importants moyens ont été déployés pour tenter de retrouver cette mère de quatre enfants. En vain. Depuis la déclaration de sa disparition, signalée le 12 février par une collègue de travail, plusieurs zones de la commune ont été fouillées sur une superficie totale de 10 km². Des plongeurs ont également sondé 10 km des deux cours d’eau traversant la ville (le Garun et la Meu) et une dizaine d’étangs.

Le jour de sa disparition, Magali Blandin avait rendez-vous chez son psychologue à Pleumeleuc. Mais elle ne s’y est pas rendue et a quitté son domicile à pied vers 10 h dans des conditions climatiques rendues délicates par la neige. L’enquête de téléphonie, confirmée par les chiens pisteurs, laisse à penser que la mère de famille s’est déplacée dans une zone de bocage située au nord de la commune, tout près du cours d’eau le Garun. C’est à cet endroit que les enquêteurs perdent la trace de la quadragénaire, mère de quatre enfants âgés de 3, 7, 12 et 14 ans.

« Un contact téléphonique difficile avec ses enfants la veille »

Avant de quitter son domicile, Magali Blandin avait commencé à rédiger un mail à son mari, qui avait la garde des enfants cette semaine-là. Elle souhaitait visiblement organiser la garde du week-end « après un contact téléphonique difficile avec ses enfants la veille », précise le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc. Cet échange illustre les vives tensions qui agitaient le couple depuis plusieurs mois, « notamment sur la question de la gestion des ressources du ménage ».

En instance de séparation, la mère de famille avait quitté le domicile familial de Montauban-de-Bretagne en septembre pour prendre un logement à Montfort-sur-Meu. Une procédure devant un juge aux affaires familiales avait été entamée et une audience de non-conciliation devait avoir lieu le 4 janvier. Un renvoi avait été sollicité et une nouvelle audience était prévue en mars.

« Aucun élément associant le mari à cette disparition »

D’après les enquêteurs, elle avait porté plainte pour violences conjugales après « plusieurs épisodes ponctuels au cours de la vie conjugale ». Elle reconnaissait cependant avoir pu être violente elle-même. La plainte était classée sans suite après l’audition du mari. Ce dernier a de nouveau été entendu par les enquêteurs. « Des vérifications ont été faites auprès du mari. Elles n’ont révélé, en l’état, aucun élément l’associant à cette disparition ou laissant à penser à sa présence à Montfort-sur-Meu au moment des faits », précise le parquet.

Une information judiciaire en recherche des causes de cette disparition confiée à un juge d’instruction de Rennes sera ouverte ce lundi afin de poursuivre les investigations. La famille de la disparue a été reçue vendredi par le procureur.