Météo : Un nouveau nuage de sable du Sahara fonce sur la France

PERTURBATIONS Ce phénomène venu d’Algérie va entraîner une dégradation de la qualité de l’air dans les zones concernées

20 Minutes avec AFP

— 

Du sable colore le ciel lyonnais, le 6 février 2021.
Du sable colore le ciel lyonnais, le 6 février 2021. — KONRAD K./SIPA

A partir de ce week-end, des poussières de sable du Sahara devraient à nouveau survoler l’Europe. On ignore encore si ce phénomène colorera le ciel comme début février, prévient le service européen de surveillance de l’atmosphère Copernicus.

Le premier week-end de février, le ciel s’était teinté de jaune ocre, en particulier sur le sud et l’est de la France lors du passage d’un nuage de poussières issues de tempêtes de sable en Algérie, emportées par des vents remontant vers le Nord. Un épisode qui avait également entraîné une dégradation significative de la qualité de l’air dans les régions survolées.

De l’Espagne à la Norvège

Un nouveau panache « important » et « épais » de poussière saharienne se déplace vers le Nord et « devrait toucher certaines parties de l’Europe au cours du week-end et au début de la semaine prochaine », indique ce vendredi Copernicus dans un communiqué.

Le principal volume devrait se concentrer sur l’est de l’Espagne et le nord de la France, mais le nuage pourrait atteindre jusqu’à la Norvège. « Nous avons observé des événements similaires au cours des dernières semaines avec des impacts significatifs sur la qualité de l’air dans les régions touchées », commente Mark Parrington, directeur scientifique chez Copernicus.

Une qualité d’air dégradée

« Nous pensons que ce sera également le cas pour l’événement à venir, bien qu’il ne soit pas encore certain dans quelle mesure le panache sera visible à l’œil nu », note-t-il. « Les panaches de poussière du désert peuvent provoquer un ciel rouge, une visibilité limitée ou des taches sur les voitures et les vitres à cause des dépôts de poussière, mais ces impacts sont difficiles à prévoir quantitativement quatre ou cinq jours à l’avance », ajoute-t-il.

Copernicus prévoit en revanche déjà une dégradation de la qualité de l’air en Espagne, en France et peut-être au Royaume-Uni et dans les pays du Benelux, mettant en garde contre l’impact de ces poussières sur les voies respiratoires et des dépôts sur le sol notamment pour les entreprises.

Le précédent panache passé sur l’Europe entre le 4 et le 8 février avait entraîné le dépôt de plusieurs microgrammes de particules par mètre carré sur une grande partie du sud de l’Europe, soit une quantité « plusieurs centaines de fois supérieure » à la moyenne, avait alors indiqué Copernicus.