Violences sexuelles : Patrick Poivre-d’Arvor visé par une enquête pour viols

INVESTIGATIONS L’ancien présentateur du « 20 Heures » de TF1 est accusé de deux rapports sexuels contraints, en 2004 et 2009

L.Br., avec V.V. et T.C.

— 

Patrick Poivre d'Arvor, le 5 novembre 2018 à Paris.
Patrick Poivre d'Arvor, le 5 novembre 2018 à Paris. — Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

Une enquête judiciaire pour « viols » a été ouverte cette semaine par le parquet de Nanterre, a appris 20 Minutes de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Il s’agit d’une enquête préliminaire confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire de Paris.

L’écrivaine et youtubeuse espace Florence Porcel affirme avoir été abusée par Patrick Poivre-d'Arvor à plusieurs reprises dans un contexte d’emprise. Elle affirme avoir rencontré Patrick Poivre d’Arvor en 2004, alors qu’elle avait 21 ans. Le présentateur vedette et écrivain, à qui elle voue une grande admiration, lui aurait alors imposé un rapport sexuel. Elle exécute ses demandes mais « n’était pas consentante », raconte Le Parisien. Il lui demande ensuite de ne pas en parler.

Un refus clairement exprimé

Quelques années plus tard, en 2009, elle affirme avoir subi un nouveau viol et se souvient cette fois-ci d’avoir exprimé clairement son refus de consentement. Il l’aurait alors forcée à lui faire une fellation, des faits rapportés à des amies dans des messages dont elle a gardé des captures d’écran. Patrick Poivre d’Arvor, « récuse fermement » les accusations « absurdes et mensongères » de viol portées à son encontre, a annoncé ce jeudi son avocat.

L’ex-journaliste est « révolté par la manière dont on cherche à l’instrumentaliser pour assurer la promotion d’un roman », a poursuivi Me François Binet dans un communiqué à l’AFP, précisant que l’ancien présentateur était prêt à être entendu par les enquêteurs, et comptait déposer plainte pour « dénonciation calomnieuse » contre Florence Porcel. La plaignante n’a pas encore été entendue par la police, a précisé à l’AFP une source proche du dossier.