Vaccination : Moins de 30.000 médecins inscrits pour injecter le vaccin AstraZeneca la semaine prochaine

PANDEMIE Les pharmaciens demandent que les 250.000 doses qui n’ont pas trouvé preneur leur soient confiées

20 Minutes avec AFP

— 

Préparation d'une dose de vaccin AstraZeneca (image d'illustration).
Préparation d'une dose de vaccin AstraZeneca (image d'illustration). — AFP

Moins de 30.000 médecins libéraux, essentiellement des généralistes, se sont portés volontaires pour vacciner dans leurs cabinets à partir du 25 février, a-t-on appris ce jeudi auprès du ministère de la Santé, qui n’utilisera donc que la moitié des 550.000 doses livrées par AstraZeneca.

D’après la direction générale de la santé (DGS), « 28.844 médecins libéraux se sont appareillés auprès d’une officine de référence pour la première livraison de doses réservées à la ville ». Officiellement prévenus vendredi, les praticiens avaient jusqu’à mercredi 23 heures pour se manifester auprès d’un pharmacien afin de recevoir la semaine prochaine un flacon de 10 doses du vaccin AstraZeneca.

Un délai trop court ?

L’appel a surtout été suivi par les généralistes, qui représentent près de 97 % des inscrits. Leur principal syndicat voit donc le verre à moitié plein : « C’est un bon résultat compte tenu du délai très court dont nous disposions et des informations qui circulent sur l’efficacité et les effets secondaires de ce vaccin », déclare à l’AFP Jacques Battistoni, président de MG France.

Mais les pharmaciens voient au contraire le verre à moitié vide, avec plus de 250.000 doses qui n’ont pas trouvé preneur. « C’est dommage d’avoir toutes ces doses en réserve, mais les médecins ne pouvaient pas tous dégager une demi-journée pour vacciner dix patients d’affilée », constate Philippe Besset, président du syndicat FSPF, convaincu qu’il « manque la vaccination en pharmacie, en appui des médecins ».

Un point de vue partagé par son homologue de l’Uspo, Gilles Bonnefond, qui suggère de « donner aux pharmacies » ces 250.000 doses, qui seraient ainsi injectées « en deux, trois jours ». Ce stock inutilisé aurait pu être encore plus élevé, si le laboratoire avait livré 700.000 unités, comme prévu initialement. Mais « le fabricant AstraZeneca a annoncé procéder à une réallocation dans le temps des volumes livrés », indique la DGS, assurant que « cette baisse sera rattrapée dès les livraisons de fin février ».