Loire-Atlantique : Un cimetière pour chiens et chats en 2022 à la Baule… Le premier dans le département

NOUVEAUTE L’annonce a été faite en conseil municipal fin janvier

David Phelippeau

— 

Le cimetières des animaux à Asnières-sur-Seine.
Le cimetières des animaux à Asnières-sur-Seine. — JPDN/SIPA
  • Fin janvier, à la fin du conseil municipal de la Baule, une élue de la majorité a annoncé la création d’un cimetière pour chiens et chats en 2022.
  • Cela sera le premier dans le département.

Le sujet a été évoqué en fin de conseil municipal de la Baule fin janvier. La Ville souhaite créer un cimetière pour chiens et chats, la mise en service serait prévue pour le premier semestre 2022. « C’est la volonté du maire [ Franck Louvrier] et de nombreux administrés, explique Anne-Laure Berry, conseillère de la majorité ayant fait l’annonce la semaine dernière. Il y a un vrai besoin de reconnaître l’animal qui fait souvent partie intégrante de la cellule familiale. Il faut une reconnaissance de ce statut après la mort. Il n’y a rien de prévu pour rendre hommage à nos animaux. » Ce cimetière de la Baule serait le premier en Loire-Atlantique. Il en existe une trentaine en France. Le plus ancien se situe à Asnières-sur-Seine et a été créé en 1898.

Le futur lieu d’inhumation, « destiné pas seulement à la population bauloise, mais aussi à toutes les personnes de la presqu’île et même plus loin [Saint-Nazaire, Guérande, Le Croisic etc.] », devrait se situer avenue Henri Bertho à Escoublac, à côté du cimetière parc. « Ce terrain est bien desservi et il y a des stationnements autour », plaide l’élue. Ce lieu semble répondre au cahier des charges : il est éloigné de minimum 35 m de toute habitation et il n’y a pas de nappes phréatiques en dessous.

L’inhumation sera confiée aux sociétés de pompes funèbres

Le cimetière sera « très axé sur les chiens et les chats, mais ça peut évoluer », selon Anne-Laure Berry. « Pour un animal au-dessus de 40 kg, il y a des normes différentes et besoin par exemple d’un équarrisseur. » La partie inhumation sera confiée aux sociétés de pompes funèbres et les services municipaux s’occuperont de l’entretien du lieu. Selon le site AmisForever, il faut prévoir « entre 100 euros et jusqu’à 600 euros » pour les obsèques d’un animal, « tarifs comprenant (ou non) les taxes d’inhumation, les frais d’ensevelissement, le paiement de la concession (entre 1 an et 20 ans) et le coût d’un cercueil ».